Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Dernière modification le 28-03-2009

Par Estelle Vereeck, Docteur en chirurgie-dentaire, auteur d'ouvrages sur les dents


hygiéniste ou assistante dentaireAlors que dans de nombreux pays (Canada, Suisse, pays scandinaves), les
hygiénistes dentaires font partie intégrante de l'équipe de soin et secondent les dentistes dans la mise en œuvre des techniques de prévention, en France, la profession d'hygiéniste n'existe pas.
Ce rôle est dévolu au chirurgien dentiste, seul habilité par la loi française à travailler en bouche.



Question à la ministre de la santé


Le sénateur Jean-Louis Masson interpellait récemment Madame la ministre de la santé à propos de la profession d'hygiéniste dentaire qui n'est toujours pas reconnue en France (question écrite n° 04278, publiée dans le JO Sénat du 01/05/2008 - page 862). Sachant que "ces techniques de prévention pourraient faire baisser le nombre de caries, donc le nombre de plombages dentaires et ainsi améliorer la santé publique", monsieur Masson demande à madame la ministre ses intentions au sujet de la possibilité de légaliser en France la profession d'hygiéniste.
"La mobilisation des professionnels de santé occupe une place majeure en la matière" a répondu  madame la ministre qui ajoute "et, bien que la profession d'hygiéniste dentaire n'existe pas en France, une réflexion est en cours pour élargir les compétences des assistantes dentaires et les impliquer davantage dans la prévention, tant individuelle que collective".


Pas d'hygiénistes dentaires en France

On l'aura compris, l'officialisation de la profession d'hygiéniste n'est pas pour demain. Marquée par une longue tradition d'empirisme et de chalatanisme (des arracheurs de dents sans diplôme opérant en plein air sévissaient encore en France au début du XXe siècle), les instances dentaires françaises sont très vigilantes à ne laisser travailler en bouche qu'une personne titulaire du diplôme de chirurgien-dentiste. Ainsi une assistante dentaire n'a-t-elle (théoriquement) pas le droit d'exécuter des actes tels que prise d'empreinte, détartrage, pose ou retrait de bagues, etc., et ce même en présence du dentiste.


Ni temps ni argent pour la prévention au cabinet

Pour autant, le dentiste ne peut se démultiplier et le temps dédié aux soins reste prioritaire par rapport à celui consacré à la prévention. Si on ajoute que les soins prophylaxiques sont peu rémunérés et que l'enseignement de l'hygiène ne l'est pas du tout, on comprend qu'un dentiste ne puisse matériellement et financièrement pas se permettre de consacrer à la prévention le temps qui serait nécessaire, du moins dans le cadre d'un cabinet conventionné. Soulignons que de nombreux dentistes font néanmoins un travail remarquable dans le cadre de comités régionaux affiliés à l'UFSBD (Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire) en participant bénévolement à des programmes d'enseignement de l'hygiène dans les écoles.


Assistante dentaire ou hygiéniste

L'assistante dentaire peut-elle se consacrer à l'enseignement de l'hygiène et remplacer l'hygiéniste ? La question est posée, sachant que le rôle premier de l'assistante est de seconder le dentiste et que ses journées sont déjà bien remplies: accueil du patient, présentation du devis, encaissement des honoraires, nettoyage et stérilisation des instruments, aide au fauteuil, etc. Le temps consacré à l'enseignement de l'hygiène dentaire risque de pâtir des nombreuses activités et responsabilités qui incombent déjà à l'assistante. La solution serait d'employer une assistante exclusivement dévolue à ce rôle au sein de l'équipe dentaire. Mais dans ce cas pourquoi ne pas faire appel à un hygiéniste ? En outre, le contexte actuel de pénurie d'assistantes dentaires qualifiées rend peu réaliste la solution proposée par la ministre de la santé.


Enjeu  de santé publique


D'après une étude récente, seuls 16% des Français se disent très bien informés sur la santé bucco-dentaire et le brossage en particulier. Reste 84% d'ignorants ou de mal informés sur des techniques qui pourraient pourtant à terme sauver leur capital dentaire et préserver leur santé. Plus de trois quart des français déclarent ne pas être suffisamment informés sur l'hygiène dentaire en général et le brossage en particulier. Un beau gâchi quand on sait que des caries en moins, ce sont autant d'obturations potentiellement toxiques comme les plombages, de dents dévitalisées et leurs effets secondaires en moins, autant de métaux nocifs ou d'implants en titane qui ne seront pas posés. La prévention d'aujourd'hui évitera demain bien des ennuis de santé liés aux dents soignées ou restaurées avec des matériaux inadéquats.


Pénurie de dentistes

La reconnaissance de la profession d'hygiéniste dentaire se justifie d'autant plus que la France est en passe de manquer de dentistes. Une étude effectuée par la DREES, Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, conclut qu'au rythme actuel des départs en retraite, on passera de 65 praticiens pour 100 000 habitants aujourd'hui, à 40 en 2030. Si rien n’est fait, l’offre de soins se dégradera fortement à partir de 2010 (lire à ce sujet Quand on ne pourra plus trouver de dentiste, sur le site des éditions Luigi Castelli). Il est illusoire dans ces conditions d'imaginer que le dentiste, saturé de demandes de soins, puisse se consacrer correctement à la mission de prévention qui est la sienne. Quant aux assistantes dentaires qualifiées, elles se font tout aussi rares.

La mise en place d'une politique de prévention dentaire responsable est un enjeu de santé publique. Elle passe par la reconnaissance d'un professionnel spécialisé, capable de seconder l'équipe soignante dans cette mission: l'hygiéniste dentaire.

Priorité à l'information

En attendant, il appartient à chaque patient de s'informer sur les techniques d'hygiène dentaire simples à mettre en œuvre pour préserver son capital dentaire. Pas moins de quatre rubriques sont consacrées au brossage dans le
Pratikadent : brosse à dent, compléments au brossage, dentifrice, technique de brossage. Y sont développés d'autres sujets en lien direct avec la prophylaxie : gestion de l'acidité de la salive, source de nombreux maux, hygiène alimentaire, sans oublier les techniques de prévention chez l'enfant (scellement des sillons, application fluorée, etc.).

Sommaire des autres articles sur les matériaux dentaires et la dentisterie holistique

Réagir à cet article ou poser une question en rapport avec cet article:
cliquez sur ajouter un commentaire, ci-dessous   
Lire les commentaires

Tag(s) : #Divers