Jeudi 4 octobre 2007 4 04 /10 /Oct /2007 16:57
- Voir les 3 commentaires - Ecrire un commentaire
Dernière modification le 24-09-2011

Par Estelle Vereeck, Docteur en chirurgie-dentaire, auteur d'ouvrages sur les dents

La pollution d'origine dentaire n’est pas la moins nocive !


La dentisterie énergétique est attentive aux matériaux et produits introduits en bouche. Notre santé gagnerait à ce que ces pratiques de soins se généralisent.



Un monde pollué

Nous vivons dans un monde de plus en plus pollué. Même si les autorités font tout pour en minimiser l’impact, il est évident que la pollution omniprésente de l’air, de l’eau, des aliments et même des habitations (amiante, bois traités aux pesticides, colles, revêtements plastiques, meubles en aggloméré libérant des vapeurs formolées) est directement responsable de la recrudescence des maladies respiratoires et dégénératives telles que cancers, maladie d’Alzheimer, sclérose en plaque et d’autres. Alors que l'Institut Curie lance une campagne de prévention : "une personne sur deux aura un cancer dans sa vie", à l'heure où de plus en personnes développent  le syndrome d'hypersensibilité chimique multiple ou MCS (Multiple Chemical Sensitivity), il est urgent de s'interroger sur la contribution des produits et matériaux employés en art dentaire dont beaucoup sont des cancérogènes avérés.



Quand l’ennemi est aussi à l’intérieur

À la liste déjà longue des polluants extérieurs s’ajoute une autre forme de pollution, pas moins dangereuse car insoupçonnée, issue des matériaux et traitements dentaires. Nous sommes de mieux en mieux informés sur la pollution liée à l’environnement mais nous ignorons tout de celle, insidieuse, qui siège à demeure dans notre bouche. L’ennemi se cache dans nos dents, dans l'amalgame dentaire dont on parle beaucoup, mais également dans nos couronnes ou bridges coulés dans des alliages à base de métaux allergisants ou cancérogènes (nickel, béryllium, cobalt, etc., et même titane des implants), dans les fils, bagues et attaches d'orthodontie qui libèrent des métaux lourds, surtout quand celles-ci ont subi des recyclages successifs, dans nos racines traitées avec des produits formolés, des antibiotiques ou des dérivés corticoïdes, substances toxiques, voire cancérogènes, puissantes perturbatrices du système immunitaire.



S’informer pour se préserver

Tandis que la pollution ambiante croît de manière alarmante, il est vital de ne pas multiplier allergènes et toxiques. La pollution d’origine dentaire peut et doit être évitée. Il existe aujourd’hui des solutions alternatives aux produits les plus nocifs. Les dernières générations de céramiques permettent de réaliser des prothèses (couronnes, bridges, implants) mieux tolérées car sans métal. Antibactériens et autres dérivés formolés des pâtes à canaux peuvent être facilement remplacés par des huiles essentielles naturelles. Reste à chacun à s’informer et refuser qu’on lui place n’importe quoi en bouche. Les patients informés contribueront ainsi activement à la généralisation d'une dentisterie holistique, véritablement écologique et respectueuse de l'être humain.


Plus d’infos sur la toxicité des matériaux dentaires > Le Pratikadent

Articles complémentaires
• Le témoignage d'une femme victime de la pollution dentaire > Lire
• Effet pervers du plombage au mercure > Plombage et tabagisme
• Métaux nocifs > Recherche dentisterie écologique désespérément
• Dépose des plombages > Retirer ses plombages, pas n'importe comment!

Articles liés
> Sommaire et Archives

Réagir à cet article ou poser une question :
cliquez sur ajouter un commentaire, ci-dessous     Lire les commentaires

Par Estelle Vereeck - Publié dans : ÉNERGÉTIQUE dentaire - Communauté : Naturopathie
Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil

Mentions légales

Ressources

•   Melisa - test
•   Liens
•   Thérapeutes
 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés