Parcours

Lauréate de la faculté de médecine, docteur en chirurgie-dentaire ayant exercé de nombreuses années, je me suis intéressée très tôt dans mon parcours professionnel à ce qu’il est convenu d’appeler la dentisterie holistique. La nécessité d’appréhender le patient en tant qu’être humain dans sa globalité biologique, physique et psychologique, s’est imposée à moi dès le début de mon exercice. Par la suite, mes différentes recherches m’ont conduite à comprendre que le corps et un tout et qu’à l’intérieur de ce tout la sphère dentaire occupe une position cruciale. C’est ainsi que j’ai pris conscience, entre autres, de l’énorme répercussion à distance de l’engrènement dentaire ou occlusion sur la posture et de l’incidence tout aussi grande des matériaux placés à demeure dans la bouche par les soins et travaux dentaires.
Dans le même temps, j’explorais les liens entre états de stress et pathologies dentaires et comprenais qu’au delà des facteurs physiques habituellement invoqués (sucres et bactéries), existent des facteurs psychiques, liés au vécu émotionnel, facteurs qui s’avèrent déterminants dans la genèse d’un problème dentaire. C’est ainsi que j’étudiais durant de longues années la dimension psychosomatique des atteintes dentaires. Ces recherches personnelles de plus de vingt ans aboutiront à
trois ouvrages sur le langage des dents et à la création du diagnostic psychodentaire qui a pour base une radio panoramique.


La volonté d’informer

Réalisant que ces informations sont méconnues, trop souvent occultées, voire niées par les promoteurs d’une dentisterie mécaniste, j’ai décidé de les faire connaître le plus largement possible afin de contribuer à l’émergence d’une médecine dentaire plus respectueuse de l’être humain. Dans mes livres ou au travers des articles que je publie, mon but n’est pas de porter un jugement définitif sur une technique, mais de donner à chacun toutes les informations qui lui permettront de faire un choix éclairé. Le patient a été trop longtemps confiné dans le rôle de celui qui souffre (du latin patior qui signifie souffrir), dans le rôle de celui qui subit les soins, bouche ouverte, sans se poser de questions.
Les enjeux de santé liés à certaines techniques sont aujourd’hui trop grands pour qu’on se permette de fermer les yeux plus longtemps sur leur toxicité ou nocivité potentielle. Le fait que nous vivions dans un monde de plus en plus pollué implique une vigilance accrue par rapport à toute nuisance supplémentaire d’origine dentaire, par essence hautement nocive puisqu’implantée à demeure dans le corps. Informer le patient de manière claire et objective est le devoir de tout chirurgien-dentiste. Même si je n’exerce plus, me consacrant exclusivement à l’écriture, la volonté d’informer motive aujourd’hui mes écrits et guide mes recherches. Ce site est le fruit de cette volonté.

Le fait de ne plus dépendre de l'Ordre des chirurgiens-dentistes me permet de dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas et de délivrer une information sans restriction ni censure. Beaucoup des informations délivrées sur Holodent ne se retrouvent nulle part ailleurs.


Ouvrages d'Estelle Vereeck

Sommaire des articles
Tag(s) : #Estelle Vereeck
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog