VOS QUESTIONS

Dimanche 10 février 2008 7 10 /02 /Fév /2008 10:58
- Voir les 93 commentaires - Ecrire un commentaire

Dernière modification le 01-05-2011

Orthodontie

Attention : à compter du 1er mai 2011, vous ne pouvez plus poser vos questions à partir de cette page.

Vous devez la poser à partir de la page :Orthodontie

 

Pour des raisons techniques indépendantes de notre volonté, aucune réponse ne peut désormais être publiée à partir de cette page.

 


Pour obtenir une réponse, vous pouvez:

- consulter Orthodontie, halte au massacre, ouvrage de référence dans le domaine de l'orthodontie fonctionnelle (nombreux extraits sur le site des éditions Luigi Castelli),

- écrire à l'auteur


AVERTISSEMENT


Les informations mises à disposition gracieusement sur ce site demandent un temps considérable au niveau des recherches, de la rédaction et de la mise en ligne.

L'auteur est ravie de pouvoir répondre, quand elle le peut, aux questions générales susceptibles d'intéresser le plus grand nombre.

Par contre, il n'est pas possible d'assurer de manière gracieuse la réponse aux demandes concernant des cas personnels. Pour une question personnelle, merci de suivre les instructions mentionnées sur cette page :
écrire à l'auteur.

Pour toute autre demande (étude de cas), un devis personnalisé peut être demandé par mail (utilisez dans ce cas le menu contact en page d'accueil).

Merci de comprendre que des consultations ne peuvent être données gratuitement à chacun.

Posez vos questions directement en cliquant sur ajouter un commentaire en bas de page. Puis revenez dans quelques jours lire la réponse à votre question.

N'oubliez pas que plus votre question sera précise, plus précise sera la réponse. Indiquez si possible le type de dysmorphose ou de malocclusion. Indiquez un diagnostic le plus précis possible. N'hésitez pas à demander des précisions à votre orthodontiste ou à votre dentiste.


Important : les réponses apportées dans le cadre de cette rubrique ne sont pas assimilables à un avis médical et ne remplacent en aucun cas une consultation chez un professionnel de santé (orthodontiste, chirurgien-dentiste, stomatologue, médecin, etc.).
 
Lire les réponses


Avant de poser votre question, prenez le temps de lire les questions déjà posées et les questions  archivées sur le site des Éditions Luigi Castelli.


Nous ne communiquons pas d'adresse de dentiste ou d'orthodontiste.

Pour vous aider à trouver un praticien, voyez Trouver un bon dentiste


Important : une erreur informatique est toujours possible. Si la réponse à votre question n'est pas publiée dans un délais de 15 jours au plus, n'hésitez pas à la poster à nouveau à partir de cette page.


Droit de reproduction: chaque réponse d'Estelle Vereeck doit être considérée comme un article, sa reproduction est soumise à autorisation. Voir Mentions légales.



Posez votre question sur le Décodage dentaire ou langage des dents

Posez votre question sur la Dentisterie holistique

Par Estelle Vereeck - Publié dans : VOS QUESTIONS - Communauté : Médecine holistique
Ecrire un commentaire
Mardi 25 septembre 2007 2 25 /09 /Sep /2007 17:59
- Voir les 16 commentaires - Ecrire un commentaire

Questions sur le décodage
Questions sur la dentisterie holistique


Orthodontie : questions archivées

Poser vos questions directement sur la page Orthodontie.


Faites défiler le curseur pour lire les différentes questions traitées

Sommaire des questions (des plus récentes aux plus anciennes)
Sylvie, Caen : canines définitives qui poussent dans la partie supérieure de la gencive
Galina, Hutchinson, Québec : orthodontie à 50 ans ?
Laure, Laval : affaissement suite à extractions
Estelle, Annonay : dents limées
Éric Saint-Raphaël : extractions de dents de lait chez un enfant de 8 ans et demi
Manon, Rosières, orthodontie et tremblements
Michel, La Rochelle : disjoncteur, limage ou rien ?
Anne-Françoise, Fréjus : orthodontie à six ans ?
Isabelle, Auxerre : apnée du sommeil chez l'adulte
Anne-Marie, Perpignan : succion prolongée du pouce
Jacqueline, Bordeaux : ma fille a-t-elle été bien traitée ?
Amandine, Houilles : Orthodontie à sept ans, traiter ou attendre ?
Antonia, Nice  Aligner les dents chez l'adulte
Madeleine, Erpent : Traction d'une dent incluse
Catherine, Bruxelles : Orthodontie chez l'adulte sur un terrain fragilisé

Isabelle, Marseille : conséquences d'un traitement d'orthodontie sur l'état général
Sandra, Nîmes : prognathie , quelles solutions chez l'adulte


QUESTIONS

Christine, Herpont : extractions de prémolaires à 15 ans

Mon fils de 15 ans doit subir un traitement orthodontique pour lequel le médecin préconise l'extraction d'une prémolaire droite (14) et d'une deuxième prémolaire gauche (25). J'hésite beaucoup car c'est lourd d'enlever des dents saines. Mon fils présente un type facial hypodivergent, une promaxille associée à une proalvéolie incisive mandibulaire et à une suppraclusion incisive. Les rapports intermaxillaires sont de type classe II molaire et canine bilatérale plus accentué du coté droit.
Merci de me donner votre avis. Je précise que pour l'oeil d'un profane ses dents sont bien alignées mais qu'il se plaint régulierement de douleurs au palais et aux incisives haut comme si elles poussaient en avant.


Réponse d'Estelle Vereeck

Sur un profil hypodivergent comme celui de votre fils, les extractions accentuent l'hypodivergence, c'est à dire qu'elles provoquent un affaissement des traits du visage, comme expliqué dans l'article Péril sur le profil, publié sur le site des éditions Luigi Castelli. Le résultat à terme est très disgracieux, surtout si le nez est fort. C'est donc une contre-indication aux extractions. Ce ne sont pas les seuls effets secondaires des extractions que je vous déconseille. Je vous suggère de consulter un orthodontiste à orientation fonctionnelle. Attention cependant, à l'âge de 15 ans, la croissance osseuse terminée, il est malheureusement trop tard, avec ou sans extractions, pour traiter la supraclusion dont souffre votre fils. Il reste possible par des appareils amovibles fonctionnels de produire une légère expansion de l'os qui supportent les dents afin de réduire les tensions dont se plaint votre fils. En outre, quel que soit le traitement choisi (avec ou sans extractions), il implique le port d'une contention à vie.

Sylvie, Caen : canines définitives qui poussent dans la partie supérieure de la gencive

Mon fils de 11 ans est en train de sortir ses canines définitives. Mais elles ne peuvent pas prendre leurs places normales et commencent à sortir dans le haut de la gencive (au dessus des autres dents). Notre dentiste nous conseil de commencer un traitement. Quel serait le traitement le plus adéquat et pouvons nous lui éviter l'extraction de dents parfaitement saines ?

Réponse d'Estelle Vereeck

À onze ans, il est trop tard pour agir sur la cause du manque de place des canines, c'est à dire l'étroitesse du palais. En fonction de l'encombrement, il est possible (sous réserves) de ménager la place nécessaire sans extractions, en jouant, non plus à cet âge sur les bases osseuses, mais sur la croissance de l'os qui soutient les dents. On peut recourir pour cela à la Réhabilitation Neuro-Occlusale qui donne de bons résultats, encore à cet âge, à condition que votre fils accepte de porter les appareils qui risquent de provoquer (au moins au début) un défaut d'élocution.
Je vous conseille de consulter un dentiste ou un orthodontiste à orientation fonctionnelle, moins enclin à extraire, en principe qu'un orthodontiste traditionnel.
Les listes de dentistes sont interdites. Vous trouverez sur la page Trouver un bon dentiste des pistes pour trouver un praticien.

Galina, Hutchingson, Québec: orthodontie à 50 ans ?

Tard dans mon enfance, on m'a extrait une prémolaire qui n'a jamais été remplacée. Aujourd'hui, mes deux dents d'en avant sont séparées et continuent de s'écarter. Depuis peu, je me suis rendue compte que je commençais à parler sur le bout de la langue ce qui me désole. Je pense sérieusement à l'orthodontie (j'ai 50 ans). Croyez-vous qu'il soit trop tard ou s'il y avait une autre solution?

Réponse d'Estelle Vereeck

Le problème que vous décrivez évoque une dysfonction de la langue appelée "pulsion linguale". La langue vient pousser les incisives à chaque déglutition réflexe. La priorité est de faire un bilan et d'éduquer la langue. Cependant, Je ne vous cache pas que c'est très difficile après 51 ans de "mauvaises habitudes" de les corriger.
Si vous souhaitez entreprendre un traitement d'orthodontie, il est probable que l'on vous propose d'extraire la prémolaire symétrique pour rétablir l'équilibre. Je vous le déconseille car toute extraction ne peut que réduire encore l'espace disponible pour la langue et aggraver sa dysfonction.
Il faudrait vous orienter vers un traitement fonctionnel qui augmente la place disponible pour les dents. Si vous pouvez vous procurer mon livre Orthodontie, halte au massacre, vous y trouverez toutes les explications nécessaires.
Traiter à l'âge de cinquante ans, c'est bouleverser les équilibres acquis avec des risques pour les articulations des mâchoires, le dos, etc. Il faut donc bien réfléchir, d'autant plus qu'il vous faudra porter une contention à vie.

 


Laure, Laval: affaissement suite à extractions

Il y a maintenant 20 ans , âgée de 12 ans, un dentiste m'a arraché une molaire de 6 ans en bas a gauche, maintenant il n'y a plus de place pour mettre une dent et mes dents ont toutes déviées vers ce trou ce qui cause une malocclusion, j'ai consulté un ortho qui m'a expliqué que se serait un chantier et je ne vous parle meme pas de l'aspect financier que cela implique je suis maman de 3 enfants, je suis tres angoissé que faire?

Réponse d'Estelle Vereeck

Effectivement, un tel problème est difficile à corriger, sauf à passer par un traitement d'orthodontie. Le port nocturne de gouttières, type plaques à pistes de Planas, peut apporter un soulagement en cas de problème d'articulation des mâchoires. Ce peut être une solution si vous ne souhaitez pas vous lancer dans un traitement d'orthodontie.


Estelle, Annonay : dents limées

Ma fille s'est faite poser des bagues depuis environ 6 mois. Ses dents se sont bien redressées mais lors de son dernier rendez-vous, l'orthodontiste lui a égalisé tout le devant en haut et en bas. Elle dit avoir eu trés mal quand il lui a limé les canines et se plaint à présent de ressentir assez vivement le chaud et le froid...
D'après ma fille il ne lui a égalisé que par soucis d'esthétique; mais je suis scandalisée car je trouve que cela n'avait pas lieu d'être et aussi parce qu'il me semble qu'il aurait pu m'en avertir auparavant. Dois je m'inquiéter ? Que me conseillez-vous ?
Réponse d'Estelle Vereeck

Les canines doivent parfois être limées pour des raisons fonctionnelles lorsqu'elles sont trop longues et interfèrent avec les mouvements de mastication (risque que la pointe raccroche). L'orthodontiste aurait effectivement dû solliciter votre accord avant de procéder à la réduction de l'émail de votre fille et vous expliquer la finalité de son geste. Les sensations de chaud et de froid devraient s'estomper avec le temps. Il n'y a rien à faire, sauf demander la pose d'un vernis isolant si les sensations douloureuses sont trop gênantes. À l'avenir assurez-vous de mettre les choses au point avec l'orthodontiste (ou tout autre praticien) pour que ce type d'incident ne survienne plus.

Éric, Saint Raphaël : Extractions de dents de lait chez un enfant de 8 ans 1/2, est-ce justifié ou non?

Suite à une série de consultation chez des orthodontistes, le dernier a fait un bilan complet soulignant la petitesse de la machoire. Je crois que les 4 dents à extraire (53-63-73-83) sont des dents de lait mais c'est une operation assez lourde. Vous déconseillez l'extraction en particulier des canines de lait. Auriez vous le meme conseil dans ce cas? Corriger sans extraire semble difficile, confirmez vous?
Quel pourrait être les difficultés si l'on attend sans rien faire?

Réponse d'Estelle Vereeck

Précision: les dents 53-63-73-83 sont des canines de lait.

Agir est une priorité. Attendre ne fera qu'accentuer le problème d'encombrement et compliquer le traitement par la suite.
Cependant, il n'y a pas d'intérêt à enlever prématurément les canines de lait alors que les dents adultes vont les pousser et les conduire à tomber normalement et spontanément. Les dents adultes ne seront nullement empêchées de pousser et de prendre leur place si l'espace dégagé est suffisant. On évite ainsi un RV pénible à l'enfant et une perte osseuse et d'espace due à l'extraction des canines de lait (sauf si celles-ci sont contenues dans un appareil interceptif, à vérifier). Il est très rarement utile d'anticiper la chute des dents de lait.
En conclusion, travailler à l'expansion des mâchoires en orthodontie fonctionnelle dispense de recourir prématurément aux extractions de dents de lait. Plus d'infos sur les moyens de favoriser l'expansion des mâchoires dans Orthodontie, halte au massacre.

Manon, Rosières : orthodontie et tremblements

Ma fille de 15 ans avait, petite, un problème de déglutition et la mâchoire du bas en retrait par rapport à celle du haut plus une agénésie de 2 dents du bas (pré-molaires). L'orthodontiste lui a demandé de porter un appareil contenseur au moins 12 à 14 h par jour pendant un an, puis à l'âge de 13 ans et demi lui a posé deux appareils avec bagues plus élastiques pour rectifier tout cela. Or, à cette époque sont apparus des tremblements essentiels des mains surtout de la gauche, les médecins lui ont fait faire des examens (irm, eeg, scanner thoracique) mais il n'y a rien de ce côté là. Ma question est donc : toutes ces interventions sur les dents peuvent-elles engendrer ou favoriser ces tremblements dit essentiels?

Réponse d'Estelle Vereeck

Il est impossible de répondre de manière catégorique. Un élément de réponse réside dans le fait que les appareils fixes bloquent le maxillaire avec un certain nombre de conséquences négatives. Une influence neurologique est possible, surtout chez une personne sensible. Le seul moyen de le vérifier est de faire déposer les bagues et de voir si cela a une incidence sur les tremblements. Pensez aussi à consulter un ostéopathe pour corriger une probable vrille de la posture suite à la pose de l'appareillage.

Michel, La Rochelle : disjoncteur, limage ou rien ?

Notre fille de juste 14 ans a 3 dents supérieures un peu à l'étroit, 2 incisives et une canine et une petite déviation lors de la fermeture.
Un premier orthodontiste prescrit la pose d'un disjoncteur avec une période d'essai de 10 jours (la douleur sera le critère) car il est réservé sur son âge avancé pour cette technique. Il prévoit un écartement de 8 mm en 35 jours + bagues + gouttières.
Un second orthodontiste considère qu'elle est trop âgée pour le disjoncteur et propose des limages + bagues. Pour agrandir la mâchoire supérieure, il envisage éventuellement une opération sur la suture palatine et une désolidarisation des dents et du crâne, traitement inacceptable à notre avis.
Nous avons lu que le disjoncteur est efficace sans risque jusqu'à 20 ans. Qu'en pensez-vous ?


Réponse d'Estelle Vereeck

Des études ont montré qu'il est possible d'obtenir un élargissement du palais avec un disjoncteur encore chez l'adulte jeune. Cependant cette technique n'est pas sans risque car elle agit sur une suture qui se calcifie vers l'âge de 8 ans. Le risque est d'infliger un traumatisme à la suture palatine avec des répercutions sur les pièces osseuses du crâne.
La technique chirurgicale est encore plus violente puisqu'on pratique alors une disjonction chirurgicale avec d'autres risques. Cette technique est à réserver à un manque de place important et à un palais très étroit.
En fait, tout dépend du manque de place. 8 mm semble un gain de largeur ambitieux, vu l'âge de votre fille dont le pic de croissance est, sauf retard, à 14 ans dépassé. Les risques liés à l'emploi du disjoncteur sont les douleurs mais aussi les maux de tête, les vertiges, des répercussions sur l'articulation des mâchoires et d'autres encore comme un état dépressif, causés par le blocage du maxillaire par l'appareillage.
Vous décrivez un encombrement léger. Je ne conseille pas le limage qui ampute la dent d'une partie de son émail mais je vous conseille de prendre un autre avis auprès d'un orthodontiste fonctionnel qui pourra peut-être vous proposer une autre solution thérapeutique, type plaques à piste de Planas, par exemple. Tous les détails sur les traitements alternatifs dans Orthodontie, halte au massacre.



Anne-Françoise, Fréjus : orthodontie à six ans ?

J'avais emmené ma fille à l'âge de 4 ans chez le dentiste, il m'avait alors parlé de problème d'alignement des dents mais qu'il fallait attendre 6 ans pour être sûr.
Lors de la visite des 6 ans, il a confirmé ce problème et conseillé de prendre RDV avec un orthodontiste.
Sur la lettre adressée à l'orthodontiste, il est écrit «articulé croisé».
Je voudrais savoir :
- Si ce problème peut être corrigé par des séances chez un ostéopathe,
- si le port d'un appareil de correction est conseillé ou si c'est une aberration.

Réponse d'Estelle Vereeck

Un articulé croisé ou inversion d'articulé représente un blocage majeur avec des répercussions très néfastes sur la posture.

L'ostéopathie peut apporter une amélioration temporaire mais insuffisante tant que l'occlusion n'est pas corrigée.

Un appareil de correction est une nécessité et même une urgence. L'aberration serait de ne rien faire et d'attendre, comme cela a été fait jusqu'à présent. Il n'est pas aberrant de traiter un enfant dès quatre ans, le plus tôt est toujours le mieux.

Le problème vient d'un palais trop étroit qu'il faut travailler à élargir, ce qui est très facile et rapide chez un jeune enfant.

L'orthodontie fonctionnelle est un outil de choix. La méthode donne de très bons résultats, rapidement chez un jeune enfant, à condition bien sûr qu'il porte l'appareil. Il faut le lui présenter comme un jeu.
Attention, il ne faut pas oublier la langue qui dysfonctionne toujours en cas de palais étroit et doit être éduquée.
D'autres informations sur l'orthodontie fonctionnelle dans Orthodontie, halte au massacre.

 


Isabelle, Auxerre : apnée du sommeil chez l'adulte

Mon ami a 29 ans, souffre de mos de dos l'empêchant de dormir, donc toujours fatigué. Il respire continuellement par la bouche et souffre d'apnée du sommeil sans s'en rendre compte. Il ronffle presque en permanence. Il est sans cesse congestionné et souffre de multiples allergies. Lors d'activités physiques intenses, il souffre de maux de coeur. On lui a enlevé les végétations à l'adolescence et les dents de sagesse, il y a 3 ans. Sa dentition n'est pas parfaite, mais il refuse des traitements pour l'esthétique. 
À 29 ans, existe-t-il des traitements ? Qui sont les spécialistes ?
Réponse d'Estelle Vereeck

Isabelle décrit le portrait type de la personne qui respire par la bouche en permanence. Les enjeux sont bien plus qu'esthétiques puisque les conséquences à long terme d'une telle respiration sont potentiellement mortelles, comme expliqué dans cet article publié sur le site des éditions Luigi Castelli: dégâts de la respiration buccale sur la santé.
La cause en est un palais anormalement étroit, combiné à l'habitude de respirer par la bouche depuis l'enfance. La seule solution est d'élargir le palais chirurgicalement. Il est nécessaire de consulter un chirurgien maxillo-facial. Après l'opération, des séances pour rééduquer la respiration seront nécessaires. Un tel traitement est certes lourd mais indispensable pour éviter les redoutables complications induites par une respiration permanente par la bouche. Les modalités de l'intervention sont détaillées dans Le Pratikadent, rubrique Chirurgie maxillo-faciale.
Des extraits du Pratikadent sont consultables en ligne sur le site des éditions Luig Castelli.


Anne-Marie, Perpignan : succion prolongée du pouce

Mon garçon de 7 ans et demi suce encore son pouce. J'ai remarqué dernièrement en lisant vos articles que ses dents du haut sont avancées. Jusqu'à présent, je n'ai pas vraiment fait pression sur lui pour qu'il arrête car il ne le suce qu'à la maison. Je me disais que quand il serait prêt il arrêterait de lui-même mais je commence à en douter. Comment l'aider à arrêter et qu'elles sont les causes affectives de ce comportement ?
Réponse d'Estelle Vereeck
La succion prolongée du pouce (au-delà de de trois ans, âge considéré comme la limite extrême) correspond à un besoin de se protéger et de se rassurer face au monde extérieur perçu comme angoissant ou menaçant. En parallèle avec les causes psychologiques, d'autres facteurs doivent être pris en compte: le point sur la question dans Succion du pouce, causes et solutions.

Jacqueline, Bordeaux : ma fille a-t-elle été bien traitée ?

Ma fille de 12 ans a vu un orthodontiste l'année dernière,car elle respirait par la bouche, on lui a mis des bagues pendant un an environ mais elle continue de respirer par la bouche. Par contre sa machoire inférieure partait en avant, ce qui n'est plus le cas. Comment savoir si l'orthodondiste a bien fait son travail ?

Réponse d'Estelle Vereeck

Il n'est pas possible d'évaluer le résultat d'un traitement d'orthodontie par internet. Si Jacqueline a un doute, on ne peut que lui conseiller de consulter un autre orthodontiste. La question est en tous cas délicate puisque le Conseil de l'Ordre interdit à tout dentiste de dire du mal d'un confrère.
Ce qu'on peut remarquer, c'est que le problème de respiration par la bouche n'a pas été réglé. Ceci est problématique dans la mesure où la respiration par la bouche est très dommageable pour la santé. La priorité est donc de rééduquer la respiration et de corriger la position basse de la langue qui lui est associée. Jacqueline trouvera à ce sujet d'utiles précisions dans l'article: La langue, clé de voûte de la santé. Il faudra également vérifier que l'expansion de la mâchoire du haut a été réalisée de manière suffisante car la largeur du palais conditionne un volume suffisant des fosses nasales, volume garant d'une respiration normale par le nez. Il serait opportun pour Jacqueline de consulter avec sa fille un orthodontiste fonctionnel.

En savoir plus
• Sur les ravages de la respiration buccale > article (sur le site des éditions Castelli)
• Sur l'orthodontie fonctionnelle >
Orthodontie, Halte au massacre


Amandine, Houilles : Orthodontie à sept ans, traiter ou attendre?

Mon fils a 7 ans. Ses incisives centrales et latérales se chevauchent déjà et ses 2 incisives centrales supérieures sont énormes. Un orthodontiste fonctionnel me dit de commencer maintenant, mon dentiste (qui est pour le fonctionnel) me dit qu'en l'absence de problème fonctionnel (position de la langue, respiration), il vaut mieux attendre car la croissance va venir et chambouler tout le travail fait ! Qu'en pensez-vous? Maintenant ou attendre un peu ?

Réponse d'Estelle Vereeck

La croissance est une alliée précieuse et non une ennemie. Si l'enfant présente un manque de croissance des mâchoires, ce qui semble être le cas ici, on ne peut espérer la favoriser qu'en agissant pendant la phase de développement et non après. Une fois la croissance terminée, il ne restera qu'à constater l'étroitesse et les dégâts qui en résultent (les dents qui se chevauchent) et à extraire des prémolaires pour faire de la place ! Il est donc sage d'écouter l'avis de l'orthodontiste fonctionnel et de démarrer le traitement sans attendre. Si l'enfant coopère bien, les mâchoires seront élargies avant que les autres dents adultes sortent et celles-ci pourront se mettre en place sans emcombre. En outre, plus un traitement bien mené débute tôt, moins il a de chances de récidiver.


En savoir plus sur l'orthodontie précoce > Orthodontie, Halte au massacre

Antonia, Nice : Aligner les dents chez l'adulte

À 25 ans mes dents ne sont pas bien alignées. Cela me gêne pour sourire en particulier. Je n'ai pas eu d'appareil dentaire à l'adolescence. Est-il trop tard pour y remédier ?

Réponse d'Estelle Vereeck

Il n'est jamais trop tard dans la mesure où un traitement d'orthodontie reste possible à tout âge. Attention cependant, les traitements chez l'adulte ne sont pas sans conséquences sur le corps et la posture comme en témoignent les questions posées dans cette rubrique. Le corps d'un adulte est plus rigide, les mâchoires moins malléables que chez l'enfant. Il est nécessaire d'agir avec des traitements les moins contraignants possibles, des appareillages amovibles fonctionnels, plutôt que des bagues, en évitant d'extraire des dents, et bénéficier d'un suivi ostéopathique. Et surtout, avant de se lancer, bien se demander si le jeu en vaut la chandelle. La disgrâce du sourire est-elle réelle ou se focalise-t-on sur un défaut relativement mineur ?
Seule Antonia peut répondre à cette question.


En savoir plus sur les risques de l'orthodontie et les pistes alternatives chez l'adulte comme chez l'enfant > Orthodontie, Halte au massacre


Madeleine, Erpent : Traction d'une dent incluse

Mon fils de 12 ans a subit l'extration de son incisive centrale droite supérieure (de lait) il y a deux ans car la définitive était bloquée par un germe qui s'interposait. L'orthodontiste a préconisé d'attendre 6-8 mois la descente de la définitive mais rien ne vient. Il nous a parlé de la tracter. Mon fils a deux autres dents en train de sortir sur la même mâchoire. Est-ce le bon moment pour intervenir ? En quoi consiste cette action ? S'agit-il d'une intervention souhaitable ? Devra-t-il porter un appareil à la suite ?

Réponse d'Estelle Vereeck

Si d'autres dents sortent, cela indique une phase de poussée dentaire propice à intervenir. La traction consiste à opérer un dégagement de la dent bloquée, puis à fixer un dispositif orthodontique avec des bagues pour opérer une traction de la dent incluse. Ce qui implique la pose d'un appareillage fixe (type bagues et arcs).

Est-ce souhaitable ? Sur le plan strictement mécanique, oui sans aucun doute. Néanmoins le fait que l'éruption soit bloquée sur cette dent en particulier indique qu'il existe un blocage psychologique dans le domaine de la personnalité qui correspond à la dent. S'agissant de l'incisive centrale définitive ou dent du Rayonnement, c'est son image et son identité d'adulte que l'enfant n'arrive pas à exprimer. Le côté indique par rapport à quel parent le blocage est vécu: à droite en haut, c'est la mère. Avant d'envisager la traction, ou en parallèle, il est nécessaire que Madeleine pose un regard différent sur son fils, qu'elle le traite davantage comme l'adulte en devenir qu'il est que comme "son bébé". Si l'enfant est rassuré sur son image, il y a toutes les chances pour que l'intervention et ses suites se déroulent favorablement. Dans le cas contraire, c'est une contrainte qu'on impose à l'enfant: par la traction on l'oblige à se comporter en adulte mais si de l'autre sa mère continue de le traiter en bébé, il y a contradiction et conflit intérieur, conflit qui a toutes les chances de se traduire ultérieurement par un problème sur cette dent.


Plus d'infos
• Sur le sens de la dent > Le Dictionnaire du langage de vos dents
• Sur l'opération, son déroulement, ses risques > Le Pratikadent


Catherine, Bruxelles : Orthodontie chez l'adulte sur terrain fragilisé

J'ai 34 ans. Il y a environ 2 ans, j'ai eu des problèmes de gencive assez importants. J'ai consulté un parontologue qui a effectué 1 "surfacage". J'ai toujours énormément de tartre. Un dentiste m'a conseillé un detartrage bisannuel sous anesthésie et une hygiène dentaire irréprochable (brosse à dent électrique, fil dentaire et bain de bouche). Il m'a signalé un risque de déchaussement des incisives de la mâchoire inférieure et m'a conseillé de consulter un orthodontiste. On me propose un traitement d'environ 1an 1/2 avec pose de bagues (en haut et en bas) et extraction d'une incisive en bas afin de redresser les dents du bas et des séances de logopédie pour le placement correct de la langue. Je souffre également de bruxisme depuis plusieurs années. Par ce traitement, j'ai peur de fragiliser mes dents et de déséquilibrer mon corps.

Réponse d'Estelle Vereeck

Il est certain que le corps est à 34 ans moins plastique qu'à l'âge de 6 ou 10 ans et c'est tout le problème des traitements d'orthodontie chez l'adulte. Le traitement qui est proposé à Catherine prend en compte la fonction et la position de la langue, ce qui est positif. Il faut savoir néanmoins que l'éducation de la position de la langue chez l'adulte demande un investissement personnel important et que si on ne parvient pas à corriger la langue, le traitement a toutes chances de récidiver. Par ailleurs, c'est la poussée de la langue qui est la cause (en plus du tartre) du problème de déchaussement de Catherine. Il serait donc sage de commencer par les séances de logopédie car c'est d'elles que dépend le succès du traitement. S'il se révélait impossible d'éduquer la langue et la déglutition, mieux vaudrait alors renoncer au traitement d'orthodontie qui serait voué à l'échec, fragilisant inutilement les dents et le corps.
Plus d'infos sur la fonction de la langue, la déglutition, les traitements chez l'adulte > Orthodontie, halte au massacre

Isabelle, Marseille
Conséquences d'un traitement orthodontique sur l'état général

J'ai 36 ans et j'ai porté un appareil multibagues pendant plus de 5 ans (entre 13 ans et 19 ans). Actuellement, toutes mes dents se déchaussent. J'ai également des problèmes de dos et des douleurs aux genoux. J'ai porté durant mon enfance des semelles orthopédiques, j'ai maintenant un faux pied plat à droite. De plus, je souffre d'une stérilité inexpliquée car tout semble parfait au niveau des examens que j'ai passé.
Est-ce que tout ces problèmes pourraient provenir de cet appareil géré en dépit du bon sens (extraction de dents saines + casque nocturne + élastiques entre la machoire inférieur et supérieure + tous les appareils de tortures nécéssaires...)? Et dans ce cas, qui dois-je contacter pour avoir des réponses à ces questions ou des informations et que faire?

Réponse d'Estelle Vereeck

Isabelle décrit les conséquences hélas fréquentes de l'orthodontie classique, mutilante (extractions de dents saines) et trop tardive (à 13 ans la croissance des mâchoires est terminée à 90%).
Le résultat de ce traitement intempestif, qui exerce des contraintes énormes sur les dents et le dos à un âge où le corps n'est plus assez plastique pour le supporter, est une dislocation de la posture, d'où les nombreux problèmes que décrit Isabelle. Le problème postural était déjà présent (Isabelle a porté des semelles orthopédiques) mais il a été aggravé par le traitement d'orthodontie alors qu'il aurait pu être réglé par une prise en charge fonctionnelle intelligente. En effet, une mauvaise occlusion a des répercutions directes sur la posture > Ostéopathie et art dentaire. De plus, le problème de pied plat est fréquemment causé par une mauvaise position de la langue dans la cavité buccale (langue basse), langue qui induit également la malocclusion en poussant les dents. En outre, les tractions trop fortes sollicitent le support osseux, induisant à terme un déchaussement.
Quant au problème de stérilité, il peut être causé par une posture déséquilibrée qui comprime le bassin. Il serait utile qu'Isabelle consulte un ostéopathe à ce sujet. Mais la stérilité peut également être causée par des dents dévitalisées, traitées de manière inadéquate ou par des produits toxiques qui créent un barrage énergétique (voir à ce sujet Le Pratikadent). C'est une piste qui vaut la peine d'être explorée.

Que faire ?
Rétablir une occlusion physiologique compatible avec la posture est une priorité. Pour cela, il est nécessaire de refaire un traitement d'orthodontie mais cette fois fonctionnel, traitement qui devra prendre en compte la position de la langue, la respiration, la déglutition, inclure des séances de rééducation chez un orthophoniste et se faire en collaboration avec un ostéopathe pour harmoniser occlusion et posture. Pas de bagues ni de traitement violent et contraignant mais un traitement par appareil amovible dans un esprit fonctionnel.

Toutes les informations sur le rôle de la langue, les conséquences de l'orthodontie mutilante, les traitements alternatifs > Orthodontie, halte au massacre

Sandra, Nîmes : prognathie , quelles solutions chez l'adulte

Allergique et asthmatique, je souffre de prognathie. Mes dents du bas sont bien rangées mais celles du haut sont en avant et, côté gauche, quelques dents rentrent à l'intérieur comme s'il y avait un manque de place. J'avais consulté étant jeune mais on m'a dit d'attendre pour passer ensuite par la chirurgie : réduire la mâchoire inférieure en coupant l'os puis porter un appareil pendant 3 ans. En lisant votre livre "Orthodontie, halte au massacre" j'ai appris qu'on pouvait guérir assez facilement par un appareillage qui développe la mâchoire mais uniquement quand on est jeune.
La chirurgie est-elle la seule solution dans mon cas? En quoi consiste-t-elle? Quels sont les risques encourus et les résultats? Faut-il en plus avoir recours à un appareil dentaire classique pendant 3 ans, après l'opération?
 

Réponse d'Estelle Vereeck

Analyse du problème
La prognathie se caractérise par un manque de développement de la mâchoire du haut. L'atrophie du haut (responsable des problèmes d'encombrements dont parle Sandra) donne l'impression que la mâchoire du bas est trop développée, ce qui est en réalité très rare,le problème venant uniquement du haut dans la majorité des cas. La plupart du temps la prognathie se traite très facilement à condition d'intervenir tôt. Pourtant, trop souvent, les orthodontistes "mécanistes" attendent l'âge adulte pour proposer une chirurgie, traitement beaucoup plus lourd. Pour le patient, c'est une perte de chance car il n'a pas bénéficié du traitement adéquat. En outre, l'atrophie du palais a des conséquences sur la respiration qui ne peut se faire correctement par le nez (le palais est le plancher des fosses nasales). La bouche prend alors le relais, ce qui est très nocif pour la santé. L'asthme et les problèmes d'allergie dont souffre Sandra sont causés ou aggravés par la respiration permanente par la bouche.

Que faire ?
À l'âge adulte, la croissance terminée, il est trop tard pour élargir le palais. En cas de prognathie légère, une correction est possible en jouant sur la croissance de l'os alvéolaire qui soutient les dents. Dans la majorité des cas, il faut réaliser ce qu'on appelle une disjonction maxillaire. C'est un élargissement du palais par voie chirurgicale. Cela consiste à séparer les deux hémi-maxillaires (les deux os qui forment le palais) et à maintenir les deux fragments par des broches en attendant la consolidation osseuse.
Inconvénient : cela laisse au début un écart médian (type dents du bonheur) très disgracieux mais qui sera comblé ensuite par le déplacement des dents.

Avantage : l'intervention permet de donner aux fosses nasales un calibre suffisant et donc de rétablir les conditions d'une respiration correcte. Il faut ensuite rééduquer la respiration pour qu'elle se fasse par le nez et non plus par la bouche, ainsi que la langue qui a pris l'habitude de se placer en position basse. Cette phase fonctionnelle est très importante et ne doit pas être négligée.
Suite à la chirurgie qui a libéré de la place, il est nécessaire de passer par l'orthodontie pour aligner les dents. Trois ans est une durée moyenne. En cas de prognathie vraie (menton trop saillant), il est nécessaire de compléter l'intervention par une génioplastie (remodelage du menton) et, uniquement en cas de prognathie sévère, par une intervention de réduction de la mandibule.

Les risques
Ce sont ceux liés à tout traitement d'orthodontie, tels que décrits dans Orthodontie, halte au massacre. Le risque principal quand on change ainsi profondément la structure osseuse est de léser l'articulation des mâchoires. Il faut donc se faire suivre par un ostéopathe (> Ostéopathie et art dentaire) et être particulièrement vigilant par rapport à l'occlusion qui doit être ajustée, si nécessaire par des collages, en fin de traitement > Le PRATIKADENT, rubrique Occlusion.
Par Estelle Vereeck - Publié dans : VOS QUESTIONS
Ecrire un commentaire
Samedi 22 septembre 2007 6 22 /09 /Sep /2007 16:43
- Voir les 14 commentaires - Ecrire un commentaire

Questions sur le décodage dentaire symbolique
Questions sur l'orthodontie


Dentisterie holistique: questions archivées

Poser vos questions directement sur la page Dentisterie holistique



Faites défiler le curseur pour lire les différentes questions traitées


Sommaire des questions
(des plus récentes aux plus anciennes)

Vincent, Dison : dépose des plombages ?
Étienne, Divonne les Bains : dévitaliser la dent 17 ?
Estelle, Annecy : noircissement de la gencive
Nathalie, Saint Chamond: déchaussement suite à extraction de dent de sagesse
Claude, Vals-Les-Bains : gencive qui se rétracte
Jérôme, Annecy : dévitaliser une dent, est-ce inévitable ?
Pascal, Erignac : sensation de prothèses en métal
Suzanne, Dijon : fortes douleurs suite à dévitalisation
Bernadette, Troie : problème aux amygdales
Esther, Compiègne : dent dévitalisée toxique ?
Sophie, Nîmes : déplacement des dents suite à extraction
Nadège, Rouen : risques liés à une sinusite maxillaire non traitée
Pierre, Le Mans : décollement de rétine et plombages
Sophie, Gérardmer : douleurs dans la mâchoire du bas
Jacques, Virton : douleurs dentaires et nasales

Hélène, Paris : picotements et douleurs persistantes après extractions de dents de sagesse
Martine, Perpignan : douleurs dentaires inexpliquées


QUESTIONS

Simon, Brest : pose d'implant après extraction et risque d'affaissement

Deux molaires en très mauvais état ont été extraites. Afin d'éviter un risque d'affaissement des autres dents, on me préconise la pause d'implant. Je redoute la pose d'un corps étranger dans ma mâchoire mais existe t-il une autre solution ?
Réponse d'Estelle Vereeck

Les alternatives à l'implant sont : l'auto-transplantation, le bridge, la prothèse amovible. L'auto-transplantation est la solution la meilleure mais nécessite d'avoir une dent à transplanter, ce qui, avec l'éradication quasi systématique des dents de sagesse, devient rare. Le bridge immobilise deux dents et exige leur mutilation. La prothèse amovible reste la solution la moins invasive et la plus réversible mais ce qu'on appelle familièrement un dentier est de moins en moins bien accepté de nos jours. Si vous optez pour un implant, je vous conseille d'éviter le titane et d'opter pour un implant non métallique. Voyez à ce sujet le Pratikadent à la rubrique Implant (extrait sur le site des éditions Luigi Castelli).

Vincent, Dison: dépose des plombages ?


J'ai en tout une dizaine de plombages dans la bouche. Je suis globalement en bonne santé, bien que sujet à divers petits desagréments "chroniques" : sinusites, mal de gorge, troubles intestinaux... mais tout ca a un niveau très léger, j'insiste !
Pourrait-il y avoir un lien causal avec les plombages et donc, un intérêt a les remplacer par autre chose et si oui, comment s'y prendre ? (j'habite la Belgique, avez-vous quelqu'un a me recommander ?)
J'ajoute que je suis aussi (et surtout...) sujet a l'anxiété, et donc je ne voudrais pas céder a la parano et agir dans l'empressement...
Que me conseillez-vous ?

Réponse d'Estelle Vereeck

Il faut être prudent et ne pas tout mettre sur le compte des plombages. Des troubles tels que sinusite et mal de gorge évoquent davantage un problème d'infection dentaire qu'un problème provoqué par les plombages au mercure. En ce qui concerne l'opportunité de les déposer ou pas, un critère déterminant est l'existence de courants galvaniques. La mesure de courants électriques d'une intensité supérieure à 100 mv doit motiver la dépose. Pour être parfaitement au clair avec la toxicité du plombage, il faudrait faire pratiquer le test Melisa. Il y a un laboratoire en Belgique qui pratique ce test qualitatif permettant d'évaluer une éventuelle intolérance au mercure ou aux autres métaux qui composent le plombage, indépendamment du nombre d'amalgames présents en bouche. Si vous êtes de nature anxieuse, ce test vous permettra d'en avoir le cœur net. Il est effectivement déconseillé d'agir dans la précipitation. Des précautions spécifiques doivent accompagner la dépose, comme expliqué dans Dépose des plombages, l'art et la manière. Vous trouverez également beaucoup d'autres conseils dans le Pratikadent. En ce qui concerne un praticien, les listes sont interdites. Mais vous trouverez des pistes sur cette page: Comment trouver un bon dentiste ?

Étienne, Divonne les Bains : dévitaliser la dent 17 ?
La 17 est toujours vivante mais la corne avait été touchée par erreur lors de l'enlèvement du plombage pour son remplacement par de la résine il y a deux ans. Cette 17 est extrêmement sensible, elle ne supporte que le tiède (ni chaud ni froid) dois-je la faire dévitaliser ? Quelles sont les répercussions si je la dévitalise?

Réponse d'Estelle Vereeck

Une dent vivante est préférable à une dent dévitalisée pour de nombreuses raisons. Il est donc nécessaire de tout faire pour prolonger la vitalité d'une dent, ce que votre dentiste a fait en posant un coiffage pulpaire. Si cette douleur et la gêne qu'elle engendre est supportable, je vous conseille d'éviter la dévitalisation qui, en même temps qu'elle sectionne le nerf de la dent, coupe aussi l'accès à la ressource que la dent représente. En attendant et en préparation d'une éventuelle dévitalisation, je vous conseille de vous intéresser au sens de cette dent: la transgression par rapport à l'autorité maternelle. Et, qui sait, en travaillant ainsi vous obtiendrez peut-être une sédation des douleurs. Le sens de la dent de la transgression est à approfondir dans le Dictionnaire du langage de vos dents.

Estelle, Annecy : noircissement de la gencive

Mon mari,comme son père, commence à avoir une gencive qui se noicit au dessus d'une dent. Qu'est ce que c'est et peut-on endiguer la prolifération à toute la gencive ?

Réponse d'Estelle Vereeck

Le noircissement de la gencive ou tatouage gingival est le signe de l'existence d'électro-galvanisme buccal. Il s'agit de micro-courants électriques qui sont dû à la présence de métaux dans la bouche (amalgames ou plombages, couronnes, etc;). Les alliages de natures différentes interfèrent entre eux et produisent l'arrachement de particules métalliques qui se déposent dans la gencive et la pigmentent. Il est peu probable en revanche que cette pigmentation s'étende à toute la gencive. Pour y remédier, il faut supprimer la cause du galvanisme, c'est à dire déposer la ou les obturations métalliques ou prothèses qui sont en cause. Pour en savoir plus, voir la rubrique Électrogalvanisme du Pratikadent.

 


Nathalie, Saint Chamond: déchaussement suite à extraction de dent de sagesse

Cela fait un an qu'on m'a enlevé mes dents de sagesse. Actuellement j'ai fait soigner une molaire et le dentiste m'a dit qu'en retirant la dent de sagesse, celle de devant avait était déchaussée et c'est elle qui me donne une douleur dans la machoire du bas, que doit il faire?

Réponse d'Estelle Vereeck

La dénudation de la racine provoquée par la fonte osseuse consécutive au retrait de la dent de sagesse est la cause de ces douleurs. Si elles sont trop fortes, on peut insensibiliser la dent en retirant le nerf par dévitalisation mais cette solution mutilante est à réserver à un recours extrême. On peut insensibiliser le collet par un traitement au laser ou encore envisager une greffe de gencive.


Claude, Vals-les-Bains : gencive qui se rétracte

Je porte un appareil dentaire sur les dents d'en haut, mais au niveau de certaines dents la gencive s'est retractée sur la face extérieure mais pas intérieure, comme si la gencive rejetait la ceramique. Mon dentiste me dit que c'est une question de brossage, mais pourquoi seulement sur certains endroits ?
Je porte cet appareil depuis 5 ans, la premiére fois c'est apparu au bout de 1 an, il me l'a changé, puis 1 an aprés, une autre dent et je comte changer encore une fois . Est-ce-que la matiére en est la cause ?

Réponse d'Estelle Vereeck

La gencive est toujours plus fragile sur une dent porteuse d'une couronne par rapport à une dent naturelle.
La rétraction peut être causée par plusieurs facteurs qui peuvent éventuellement se cumuler:
- brossage trop violent avec une brosse dure, mouvements de va et viens inadaptés,
- défaut d'ajustage de la couronne qui favorise la rétention de la plaque bactérienne,
- intolérance au métal s'il s'agit d'une couronne céramo-métallique (la céramique est montée sur une chape en métal).
Les couronnes en céramique pure (type zircone) ne présentent pas cet inconvénient et présentent une meilleure tolérance gingivale que les couronnes céramo-métallique. Si vous devez faire refaire cette couronne, optez plutôt pour ce type de couronne. Toutes les informations sur les couronnes sans métal sont dans le Pratikadent, rubrique couronne.

Jérôme, Annecy : dévitaliser une dent, est-ce inévitable ?

Suite à un panoramique dentaire, mon dentiste voudrait me dévitaliser une dent (zone grise sur la radio). Or cette dent ne porte actuellement aucune carie et ne me fait pas mal. L'année dernière, elle a dû me faire souffrir (élancements) tout au plus 2 ou 3 fois en tout, par "crises" de 2 ou 3 jours maximum à chaque fois, c'est tout. Je rechigne à la dévitaliser maintenant, j'aimerais "lui donner encore une chance"...
Ma question : la dégradation d'une dent menant à une dévitalisation est-elle inexorable ou bien est-il possible dans certains cas que cela puisse se stabiliser, ne nécessitant plus la dévitalisation ? Si je vous pose cette question, c'est aussi parce que je sens avoir résolu le conflit lié à cette dent du point de vue du décodage.

Réponse d'Estelle Vereeck

Attention, une dent peut se mortifier ou se nécroser, c'est à dire perdre sa vitalité, même en l'absence de lésion. Des micro-chocs répétés au cours de la mastication, parce que la dent est en légère surocclusion, ou subit des contacts parasites du fait d'une mauvaise occlusion, peuvent suffire à provoquer cette nécrose. Les lancées que vous décrivez peuvent être le signal annonciateur de cette perte de vitalité. Néanmoins, avant de dévitaliser, je conseille de faire tester la vitalité de la dent avec du froid, test facilement réalisé au fauteuil avec un coton. Si la dent réagit, mettre en place une surveillance périodique. Si la dent ne réagit pas, il y a de fortes chances que le paquet vasculo-nerveux soit nécrosé. Si tel est le cas, le risque est à terme l'évolution certaine vers un abcès dont le réveil douloureux et brutal, risque de se produire la nuit ou un jour férié ou encore pendant vos vacances. D'où la prise de décision de dévitaliser pour anticiper le problème.
Votre désir d'éviter cette intervention est compréhensible et légitime. Néanmoins, je vous conseille de ne pas adopter la politique de l'autruche et de retourner chez votre dentiste pour faire pratiquer le test de vitalité. Je vous conseille au passage de faire vérifier un éventuel problème occlusal. Quant à avoir résolu le conflit lié à cette dent du point de vue du décodage dentaire, oui cela peut aider à condition qu'il s'agisse de manifestations douloureuses ayant une origine exclusivement psychogène, ce dont il faut s'assurer, comme expliqué ci-avant. Comprendre le message de la dent peut parfois lever des douleurs de manière spectaculaire comme relaté dans: Une dent qui parle.

 


Pascal, Erignac : sensation de prothèses en métal

J'ai deux implants dentaires, un à la dent 24 et un à la 36, et en plus 4 couronnes céramo-métalliques sur 25, 26, 27 et 35.
J'ai la sensation de sentir le métal de ces prothèses en permanence dans la bouche. C'est comme si la présence de ces dents était plus forte. Pouvez-vous me dire ce que cela signifie?
Réponse d'Estelle Vereeck

Il est vrai que tout cela fait beaucoup de métal. La sensation que vous décrivez peut être liée à une intolérance à l'un des métaux composant les alliages des prothèses que vous avez en bouche, y compris le titane. Je vous conseille de vous en assurer en faisant faire un test Melisa. Une allergie avérée impose la dépose des prothèses.

L'existence de micro-courants électriques peut également produire ces symptômes. Je vous conseille de faire tester par un dentiste la présence éventuelle d'électrogalvanisme. Dans ce cas, si vous ne pouvez pas procéder à la dépose des prothèses, travailler sur l'acidité buccale pourra vous apporter un soulagement.

Sur un autre plan, ces sensations indiquent la non intégration des facettes de votre personnalité représentées par ces dents. Travailler à en comprendre le sens afin de réintégrer les qualités qu'elles représentent, telles qu'expliquées dans le Dictionnaire ou dans Langage des dents, l'essentiel, vous apportera un mieux-être. L'hypnose peut également s'avérer une aide efficace pour vous aider à défocaliser votre attention de cette sensation "bizarre". Voir la liste d'hypnothérapeutes sur la page Thérapeutes.



Suzanne, Dijon : fortes douleurs suite à dévitalisation

On m'a dévitalisé une molaire il y a un mois et depuis je souffre sans interruption. Je ne peux plus manger de ce coté et je ressents de terribles lancées dans la mâchoire. Comment cela est-il possible puisque le nerf a été retiré ? Que faire pour apaiser ces douleurs ?

Réponse d'Estelle Vereeck
La réponse à cette question est traitée sur le blog Dentisterie Holistique. Nous renvoyons donc à l'article: Dents dévitalisées douloureuses ou hypersensibles.


Bernadette, Troie : problème aux amygdales

Je souffre depuis des années de mauvaise haleine due à du caseum qui se trouve dans les amygdales cryptées. J'ai eu plusieurs traitements d'antibiotiques qui n'ont donné aucune amélioration et le scanner des sinus n'a rien montré de plus. Cela peut-il venir de caries ou de dents de sagesse mal positionnées?
Réponse d'Estelle Vereeck
La présence d'une infection dentaire latente (abcès d'une racine, infection sur une dent de sagesse en cours d'éruption) en mobilisant les défenses immunitaires peut favoriser l'aggravation d'un problème d'amygdales. Il est cependant douteux que la cause d'un tel problème puisse être exclusivement dentaire. Dans un cas semblable, il faut évoquer la possibilité d'une respiration buccale. La respiration permanente par la bouche est un facteur d'infection des amygdales. En outre, ce type de respiration est très nocif au plan de la santé générale, ainsi qu'expliqué dans un article publié sur le site des éditions Luigi Castelli: Les dégâts de la respiration buccale sur la santé.

Esther, Compiègne : dent dévitalisée toxique ?

Mon fils a 12 ans et demi. Le dentiste vient de lui dévitaliser la première prémolaire en bas, à droite. Je ne sais quel produit il a utilisé pour obturer sa dent. Je lis sur internet les méfaits des dents dévitalisées, la possibilité d'obturer la dent avec des produits à base d'huiles essentielles....Quel est le meilleur traitement ? Quels sont les effets secondaires de cette dévitalisation? et que faire pour limiter au maximum ses  effets nocifs?

Réponse d'Estelle Vereeck

Une dent dévitalisée est préférable à une dent extraite, tout particulièrement chez un enfant en croissance. L'extraction aurait dans ce cas des répercutions catastrophiques, entraînant un développement asymétrique de la mâchoire. Cette dent doit donc être conservée. Le meilleur traitement consiste à utiliser une pâte sans additifs chimiques: dérivés formolés, anti-inflammatoires, antibiotiques, etc. Sur une dent jeune, donc à la racine immature, comme c'est le cas ici, une pâte à base d'hydroxyde de calcium est recommandée. Une dent dévitalisée peut générer des toxines mais ce n'est pas le problème chez un sujet jeune dont les fonctions d'élimination ne sont pas encore engorgées.
Voici quelques conseils pour minorer les effets nocifs des dents dévitalisées > lire
Composition des pâtes canalaires les plus utilisées > site des éditions Castelli

 


Sophie, Nimes : Déplacement des dents suite à extraction

On m'arraché il y a trois ans la dernière molaire en bas à droite. Je n'ai pas de dents de sagesse. Depuis peu je constate que toutes les dents du bas se sont déplacées et que les dents du haut ne sont plus en alignement (plusieurs millimètres) avec celles du bas. Y a t- il une autre alternative que l'implant (dont je ne veux pas !) et ce déplacement va-t-il se poursuivre ?

Réponse d'Estelle Vereeck

La nature, dit-on a horreur du vide. En bouche, la perte d'une dent entraîne, si elle n'est pas remplacée, des bouleversements de l'occlusion tels que ceux décrits par Sophie. Ils sont plus ou moins importants selon les personnes en fonction de la qualité de l'os de soutien. Toute dent extraite doit donc être, sauf avis contraire du dentiste, remplacée par une prothèse. Outre l'implant, un bridge prenant appui sur les dents voisines peut être envisagé ou bien encore une prothèse amovible (dentier) réservée à des cas où manquent plusieurs dents. Aucune solution prothétique n'est satisfaisante à 100%. C'est toujours un compromis entre le confort, l'esthétique, le coût, etc. Cependant la préservation de l'occlusion, qui a une énorme incidence sur l'articulation des mâchoires et la posture, doit être une priorité. Dans le cas de Sophie, il faudra envisager un traitement d'orthodontie destiné à remettre à leur place les dents déplacées avant de réaliser une prothèse afin de ne pas fixer la malocclusion générée par la perte dentaire. Si rien n'est fait, le processus affectant l'occlusion va se poursuivre.

En savoir plus
- sur les avantages et inconvénients des différentes prothèses (implant, bridge, dentier) >
Le Pratikadent
- sur les liens entre occlusion et articulation des mâchoires > ATM, essentielle et fragile


Nadège, Rouen : risques liés à une sinusite maxillaire non traitée

Quels sont les risques d'une sinusite maxillaire non traitée? Une sinusite maxillaire peut-elle être soignée par un stomatologue?

Réponse d'Estelle Vereeck

Une sinusite non traitée représente un foyer infectieux et inflammatoire qui entrave la respiration normale par le nez. La bouche prend alors le relais et c'est nocif pour la santé, avec pour conséquence des infections ORL (angine, bronchites, etc.) permanentes, générées par la respiration buccale et les germes provenant du sinus.
Une sinusite est traitée par le stomatologue qui procède à un curetage du sinus, si nécessaire. Cependant, une éventuelle cause dentaire doit être recherchée (dent du haut infectée, nécrosée, mal traitée, etc.). Il appartient au chirurgien-dentiste (ou éventuellement au stomatologue) de traiter cette cause dentaire avant l'intervention chirurgicale sur le sinus.
En savoir plus
• Sur l'origine dentaire d'une sinusite > Le Pratikadent (rubrique Sinus)
• Sur les ravages de la respiration buccale sur la santé > Les dégats de la respiration buccale sur la santé (article sur le site des éditions Luigi Castelli)


Pierre, Le Mans : décollement de rétine et plombages

Opéré d'un décollement de rétine de l'oeil gauche depuis 2 ans, ma rétine est désormais maintenue par des fils et des éponges. Très inconfortable, mon oeil souffre maintenant d'une sécheresse importante. Y aurait-il une relation entre mes amalgames et mon oeil?
Réponse d'Estelle Vereeck
L'effet nocif des amalgames ou plombages a une répercution globale sur la santé, par exemple: défaut de cicatrisation, effets sur la salive, les fluides corporels, fatique chronique, sensibilité accrue aux infections, etc. En ce qui concerne le décollement de la rétine, rien n'a été démontré, cependant on peut se poser la question car le mercure relargué par les plombages s'accumule dans la rétine. En revanche, un problème localisé à l'œil gauche évoque un blocage lié à une dent en particulier. Il est souhaitable de faire rechercher par le dentiste à l'aide d'une radio panoramique un problème infectieux latent à la mâchoire du haut. Ce peut être une incisive, une canine ou une prémolaire mal dévitalisée, nécrosée ou porteuse d'un plombage volumineux avec plurimétallisme. Différents tests permettent d'établir la causalité de la dent. Dans ce cas, point besoin nécessairement de procéder au retrait intégral des amalgames mais de traiter la dent en cause prioritairement.
En savoir plus
• sur les rapports entre les dents et les yeux, entre les dents et les autres organes > Le Pratikadent
• sur la manière de procéder à la dépose des plombages > lire

Sophie, Gérardmer : Douleurs dans la mâchoire du bas

Mon fils a de grosses douleurs quasiment en permanence au niveau de la machoire inférieure. Les douleurs peuvent aller jusqu'à l'empêcher de mâcher. Il a consulté un dentiste qui lui a dit qu'il n'avait rien aux dents que tout semblait parfait. Il est atteint d'une insufisance rénale. Est ce que cela peut avoir un lien ?

Réponse d'Estelle Vereeck

Il est peu probable qu'une insuffisance rénale puisse être la cause de telles douleurs dentaires. Pour éliminer, toute cause dentaire, il est nécessaire de pratiquer une radio panoramique pour dépister d'éventuelles lésions cachées, ainsi qu'expliqué dans la question: Douleurs dentaires inexpliquées (voir le sommaire des questions).
Il faut dans ce cas précis s'assurer en outre qu'il ne s'agit pas d'un problème lié aux glandes salivaires ou encore d'un problème de bruxisme (grincer des dents ou les serrer très fort, la nuit ou dans la journée).

Plus d'infos > Le Pratikadent



Jacques, Virton : Douleurs dentaires et nasales

À quoi peut-être due une douleur dans le nez, les narines qui ensuite donne mal aux dents du haut?

Réponse d'Estelle Vereeck

Ce type de douleurs est typiquement la manifestation d'une sinusite maxillaire. L'inflammation de la muqueuse du sinus et des fosses nasales se communique aux racines des dents du haut, proches ou même au contact du sinus maxillaire. Il faut donc consulter un ORL et aussi son dentiste. Celui recherchera à l'aide d'une radio panoramique dentaire une éventuelle infection dentaire à l'origine de la sinusite.

Plus d'infos
• sur une sinusite d'origine dentaire et son traitement
> Le Pratikadent

Hélène, Paris
Picotements et douleurs persistantes après extractions de dents de sagesse

Suite à des extractions de dents de sagesse inferieures il y a 2 mois, je ressens toujours des douleurs au niveau des cicatrices et également au niveau de la mandibule avec sensation de picotements. Est-ce normal?

Réponse d'Estelle Vereeck

Le processus de cicatrisation est souvent long, particulièrement en ce qui concerne l'extraction chirurgicale des dents de sagesse. Il faut souvent plus de deux mois pour que tout rentre dans l'ordre. La sensation de picotements au niveau de la mâchoire du bas indique que lors de l'extraction, le nerf dentaire de la mandibule tout proche a été contusionné, d'où ces picotements qu'on appelle para-esthésies (sensations parasites). Elles devraient s'estomper progressivement avec le temps. Pour accélérer le processus de réparation nerveuse, la vitamine B 12 est recommandée.

Un travail de prise de conscience sur ce que représentent ces dents, très importantes au plan symbolique, et de la colère suscitée par l'extraction, à l'évidence subie plus que décidée, pourrait accélérer le processus de cicatrisation. Pour l'instant, son corps informe Hélène que la perte de ses dents de sagesse est une plaie intérieure qui n'est pas guérie.

Plus d'infos

• Rôle et importance physiologique des dents de sagesse > Le Pratikadent
• Signification des dents de sagesse > Dictionnaire du Langage de vos dents
• Sens évolutif et spirituel des dents de sagesse > Les dents, temple de l'âme

Voir aussi décodage d'une de sagesse couchée > Lire


Martine, Perpignan : Douleurs dentaires inexpliquées

Je souffre depuis 8 jours de douleurs de type névralgiques qui irradient des dents du bas à droite vers celles du haut, toujours à droite (prémolaires, incisives). Elles se déclenchent en mangeant ou seulement en parlant. Ces douleurs ne font que s'accentuer jusqu'à m'obliger de m'arrêter de parler parfois. J'ai l'impression que des aiguilles me pénètrent la gencive, voire la joue au fond à droite.

Réponse d'Estelle Vereeck

Face à des douleurs en apparence inexpliquées, il convient d'abord d'éliminer toute cause physique. Pour cela, il faut consulter un dentiste qui réalisera un examen soigneux de la cavité buccale et des dents, examen complété par une radio panoramique afin de dépister une lésion éventuellement cachée dans les mâchoires (abcès latent, kyste, tumeur, dent surnuméraire) qui en faisant pression sur le nerf de la mâchoire du bas pourrait expliquer ces douleurs localisées aux dents citées. On recherchera également la présence d'une dent nécrosée, d'une dent de sagesse partiellement sortie et infectée, un problème d'infection latente lié au déchaussement ou encore un phénomène d'électrogalvanisme buccal.

Si aucune cause physique n'est trouvée, alors on peut parler de douleurs psychogènes ou psychosomatiques. Il faut dans ce cas s'abstenir de toute intervention intempestive et mutilante mais rechercher la cause psychique ou émotionnelle à l'origine de ces douleurs. Il est nécessaire de retrouver l'événement source, généralement un choc émotionnel lié à une situation de stress survenue peu avant les premières manifestations douloureuses. Le secteur (bas droit) où elles se produisent donne une information précieuse. Il s'agit du cadran lié au père nourricier ou papa. L'événement en question est donc en rapport avec le papa réel ou avec un homme qui joue ce rôle pour Martine. Il s'agit d'un conflit émotionnel lié à un homme sur plan affectif et/ou matériel. Seule la mise au jour de cette problématique et la libération des émotions associées permettront une sédation.
Si les douleurs ont une cause physique reconnue, le décodage de la dent ou du problème en cause, en complément avec les informations ci-dessus, contribuera à une cicatrisation plus rapide des lésions parallèlement au soin dentaire.

En savoir plus
• Les cadrans et les rôles parentaux (papa, maman, père, mère) > Les rôles parentaux (article publié sur le site des éditions Castelli).
• L'électrogalvanisme buccal > Le pratikadent (présentation et extraits du livre sur le site des éditions Castelli)
Par Estelle Vereeck - Publié dans : VOS QUESTIONS
Ecrire un commentaire
Vendredi 21 septembre 2007 5 21 /09 /Sep /2007 09:44
- Voir les 0 commentaires

Questions sur la dentisterie holistique
Questions sur l'orthodontie


Nouveau


Réédition de la version papier du Dictionnaire du langage de vos dents à un tarif préférentiel

Profitez-en vite (durée limitée)


le dictionnaire du langage de vos dent - livre de decodage dentaire - editions Luigi Castelli

 



Langage des dents, l'essentiel est disponible en format numérique PDF, en entier ou par cas pratiques

  Essentiel.jpg

Commandez maintenant et recevez-le rapidement par mail


Décodage dentaire symbolique: archives des questions

Poser vos questions directement sur la page Décodage dentaire


Pour approfondir une question concernant le décodage dentaire, le diagnostic psycho-dentaire établi à partir d'une radio panoramique dentaire peut se réléver une aide précieuse. Renseignez-vous (menu contact).

D'autres cas concrets sont traités sur le site Décodage dentaire

Faites défiler le curseur pour lire les différentes questions traitées


Sommaire des questions
(des plus récentes aux plus anciennes)

Étienne, Divonne les Bains : conséquences de l'extraction de 25
Amélie, La Sauve: persistance des canines de lait
Dominique, Collioure : dents et manque de décision
Delphine, Miribel : dent 46 enlevée
Françoise, Callac : dents 36 et 46
Marie-Hélène, Gassin: abcès de racine sur 14
Jean-Pierre, Chilly-Mazarin: pulpolithe sur dent 47
Dominique, Compiègne: dents 12 et 22 mal positionnées
Marie-Claude, La Tronche : agénésie de la canine en bas à droite
Nadège, Rennes : dent n°15 cassée, pourquoi ?
Christine, Paris : pourquoi mon fils a-t-il arraché sa dent de lait ?
Yveline, Cergy : décodage de la fracture d'une incisive centrale du haut
Solange, Orléans : agénésies et dents surnuméraires

Docteur B. Chirurgien-dentiste : décodage d'une incisive du haut en articulé inversé
Martine, Perpignan : Douleurs dentaires inexpliquées
Dominique, Namur : sens du manque congénital de plusieurs dents


QUESTIONS

Étienne, Divonne les Bains : conséquence de l'extraction de 25

Je viens de subir l'extraction de la prémolaire 25 , en fait elle était fendue (dévitalisée depuis longtemps) et me posait problème chaque année lors de la grippe avec une répercussion sur le sinus. A quoi dois-je m'attendre sur le plan psychologique de cet enlèvement ?

Réponse d'Estelle Vereeck

Sur le plan psychologique, la perte de la dent 25 s'inscrit comme la conséquence d'une problématique liée au père: l'impossibilité de s'inscrire en dehors des valeurs et du mode de pensées paternel (y compris sous des dehors d'apparente rébellion). Quant au devenir de cette problématique suite à l'extraction de la dent, il y a deux possibilités: soit la problématique a été réglée au moment de l'extraction (ce qui implique de l'opération ait été vécue en toute conscience et qu'un travail intérieur l'ait accompagnée), soit la problématique est toujours active dans l'inconscient et risque de se manifester à nouveau dans l'avenir: lors de la pose ultérieure d'une prothèse (bridge, implant), et également si rien n'est fait par l'affaissement de l'occlusion pouvant entraîner d'autres problèmes (articulation des mâchoires, posture). Un travail sur cette problématique est donc recommandé. Il pourra être mené grâce aux informations contenues dans le Dictionnaire du langage de vos dents.

Lire le chapitre Extraction dans Langage des dents, l'essentiel, désormais disponible immédiatement sous forme électronique (envoi par mail).

Amélie, La Sauve: persistance des canines de lait

Âgée de 46 ans, j'ai toujours mes canines de lait, les définitives sont incluses. J'aimerais en connaitre la cause et surtout ce que cela a entrainé dans mes comportements.


Réponse d'Estelle Vereeck

La cause mécanique de l'inclusion des canines adultes est généralement l'étroitesse du palais. La cause psychologique est l'impossibilité d'exprimer sa volonté, sa puissance personnelle face aux parents. Cela se traduit concrètement par l'impossibilité de montrer les crocs, de se défendre avec la force d'un adulte mais d'être contraint de le faire avec la force d'un enfant. Quant à savoir comment cela se traduit dans vos comportements, il vous appartient de l'analyser car vous avez pu réagir à ce manque de deux manières: soit en le subissant, c'est à dire en évitant les conflits, soit en le compensant par une agressivité exagérée destinée à masquer votre faiblesse. Pour en savoir plus sur le rôle essentiel joué par la canine dans l'évolution de l'être humain, je vous conseille de lire Les dents, temple de l'âme.
Lire les chapitres Canine, Incluse-dent et Agénésie dans Langage des dents, l'essentiel, désormais disponible immédiatement sous forme électronique (envoi par mail).

 



Dominique, Collioure : dents et manque de décision

J'aimerais savoir si des problèmes de dents peuvent être l'origine d'un manque de décision dans les choix à prendre.
J''ai commencé à avoir des soucis aux dents (nombreuses caries) suite à un traumatisme affectif violent. Depuis 5 ans, l'email de mes dents s'en va.

Réponse d'Estelle Vereeck

Comme vous en témoignez, les dents traduisent nos états émotionnels. Elles manifestent nos problématiques, les fixent et les cristallisent. Vos dents abîmées peuvent traduire vos difficultés à prendre une décision, en revanche, les lésions sont la conséquence mais pas la cause de votre problématique. Quant à la perte d'émail, elle traduit un problème de dévalorisation. Je vous suggère de faire une analyse dent par dent à l'aide du Dictionnaire pour cerner votre problématique.
Une analyse psychodentaire prenant en compte l'ensemble de vos problèmes dentaires vous aidera à y voir clair.

 


Delphine, Miribel : dent 46 enlevée

Mon dentiste vient de m'enlever ma dent 46 (première molaire en bas à droite); que cela signifie-t-il pour moi car je crois savoir que c'est la dent du papa. J'ai déja un bridge coté gauche en bas car molaire enlevée également.

Réponse d'Estelle Vereeck

Les premières molaires du bas représentent les appuis affectifs et matériels donnés par les parents entre zéro et six ans. La perte de la dent du papa traduit la croyance de ne pouvoir être soutenue et aimée par le père dans sa dimension affective et nourricière. La perte de cette dent traduit le sentiment d'être trahie par l'homme sur le plan affectif et matériel: par exemple ne pas pouvoir compter sur son conjoint, son ami, son partenaire. La perte de cette dent vous renvoie à une croyance de ce type qui s'enracine dans votre vécu par rapport à votre papa durant la petite enfance. Des précisions complémentaires sont données par la manière dont les dents se sont abîmées (carie, abcès, déchaussement, fracture, etc.). Pour cela, je vous suggère de consulter le Dictionnaire du langage de vos dents qui vous permettra de mieux cerner le problème et de comprendre la signification du bridge, et par là de choisir en conscience la prothèse la plus adaptée.

Lire les chapitres Molaire, Extraction et Bridge dans Langage des dents, l'essentiel, désormais disponible immédiatement sous forme électronique (envoi par mail).
Ou bien commandez directement le décodage de votre cas.

Françoise, Callac: dents 36 et 46

J'ai fait mettre des couronnes sur mes molaires du bas 36 et 46 non dévitalisées. Avant mes premiers soins liés à ces molaires, des images de mon enfance (surtout mon visage d'enfant) me sont revenues, il se trouve qu'elles faisaient parti des dents soignées durant mon enfance. Mais j'ai aucun souvenir de mon enfance bizarrement. Pourriez vous m'en dire un peu plus ? 

Réponse d'Estelle Vereeck

Notre mémoire consciente ne peut généralement pas remonter au-delà de six ans qui est un âge clé dans le processus du développement de la conscience et de la personnalité.
En revanche les première molaires, encore appelées dents de six ans, donnent des indications précieuses par leur état sur le vécu d'avant six ans. En effet les premières molaires du bas, dents des parents nourriciers, gauche et droite, respectivement dent de la maman et dent du papa, portent dans leur structure la mémoire des six premières années de la vie. Le fait qu'elles aient été soignées déjà durant l'enfance indique un manque de sécurité matérielle et/ou affective ressentie, enfant, par rapport aux parents. Les soigner et en prendre conscience donne l'opportunité de faire un travail de libération par rapport à ces mémoires de manque. Pour approfondir, il est intéressant de mettre en perspective le sens des dents, du type d'atteinte (carie dans le cas présent) et du type de soins réalisé (couronne) à partir des informations détaillées données dans le Dictionnaire du langage de vos dents. En l'absence de prise de conscience, couronner ces dents revient à enfouir les émotions négatives qui y sont engrammées avec le risque de les voir ressortir plus tard sous forme d'une pathologie ou d'un problème (abcès, déchaussement, fracture, etc.

Lire les chapitres sur les Molaires dans Langage des dents, l'essentiel, désormais disponible immédiatement sous forme électronique (envoi par mail).
Ou bien commandez directement le décodage de votre cas.

 


Marie-Hélène, Gassin: abcès de racine sur 14

On me demande de faire effectuer une résection apicale sur la 14, actuellement sous bridge, en raison d'un début d'infection. Cette intervention est-elle obligatoire ? Quel est le sens de cette atteinte en symbolique dentaire ?

Réponse d'Estelle Vereeck
La présence du bridge empêche de réintervenir directement au niveau des racines et justifie dans ce cas l'intervention, expliquée dans le Pratikadent.
Une infection apicale correspond à des émotions refoulées (colère, tristesse, frustration), tellement souffrantes qu'on ne veut pas les ressentir. La dent atteinte est la dent de l'audace. Il s'agit d'émotions en rapport avec l'élan d'émancipation de l'adolescence qui ont été réprimées. La relation avec la mère durant la période d'adolescence doit être explorée pour mettre au jour ces émotions et les libérer, seul moyen pour que le corps n'ait plus à le faire. Le sens de la dent et de l'infection apicale sont expliqués dans le Dictionnaire du langage de vos dents, aux rubriques abcès apical et première molaire supérieure.

 

Lire les chapitres Abcès, première prémolaire et Bridge dans Langage des dents, l'essentiel, désormais disponible immédiatement sous forme électronique (envoi par mail).

Ou bien commandez directement le décodage de votre cas.


Jean-Pierre, Chilly-Mazarin: pulpolithe sur dent 47

Suite à des sensibilités multiples et trés variables sur mes molaires inférieures droites, mon dentiste constate des dents micro-fissurées et un pulpolithe à la dent n° 47. J'ai 51 ans et suis du sexe masculin.
Pouvez-vous me dire à quoi ce diagnostic peut me renvoyer ?
Réponse d'Estelle Vereeck
Un pulpolithe est une fermeture de la cavité ou chambre pulpaire par sécrétion anomale de dentine qui forme une sorte de petit cailloux au centre de la pulpe ou nerf, d'où le terme de pulpolithe, littéralement "pierre dans la pulpe".

Le pulpolithe est une réaction de la pulpe suite à un traumatisme: usure, carie, etc. L'apparition d'un pulpolithe sur une dent qui n'est pas atteinte prend donc une signification  particulière et différente d'une dent atteinte où la réaction doit être considérée comme physiologique.
Le pulpolithe renvoie à une sclérose et à une pétrification. La dent 37 atteinte indique que cette réaction est vécue le domaine de l'amitié avec les hommes. L'événement traumatique à l'origine de cette réaction doit être recherché. Il peut s'agir  d'une trahison: sclérose psychique pour ne plus ressentir la souffrance liée au fait d'avoir été trahi en amitié.
Plus de détails: lire le Dictionnaire du langage de vos dents, rubrique "Pulpe".

 


Dominique, Compiègne: dents 12 et 22 mal positionnées

Pendant longtemps mes dents 12 et 22 chevauchaient un peu mes dents 11 et 21. À l'age de 25 ans environ elles ont commencé à se tourner vers l'exterieur jusqu'à être presque perpendiculaires aux 11-21. Je les ai donc fait remplacer par des dents sur pivots. Aujourd'hui, dix ans plus tard, la racine de 12 vient de se fendre en deux. Que me conseillez vous? Implant? Bridge? D'ou vient le problème?

Réponse d'Estelle Vereeck

Chaque dent représente une facette de la personnalité et chacune porte un nom symbolique, comme expliqué dans l'article Dénominations symboliques des dents, sur le site Symbolique, langage et décodage dentaire.

Les dents 12 et 22 sont les dents de la communication. La position décrite évoque une attitude agressive par rapport au monde extérieur liée au besoin de se défendre et motivée par le sentiment d'être en danger (sentiment lié au vécu d'enfant de Claude dans sa famille d'origine).

Les dents sur pivot n'ont fait que masquer la problématique toujours active comme le montre la fracture de la dent 12, dent de la communication par rapport à la mère et aux femmes en général, communication problématique pendant la période qui a précédé la fracture.

Que faire ? En premier lieu comprendre et mettre au jour les émotions enfouies toujours présentes par rapport à la mère et aux femmes détentrices de l'autorité. Sinon, il risque fort d'advenir des problèmes similaires sur la prothèse qui sera posée pour remplacer la dent 12.

Quant aux solutions thérapeutiques qui s'offrent (bridge, implant), chacune a ses avantages et ses inconvéniens comme détaillé dans le Pratikadent. Des extraits des rubriques Implant et Implant-se décider peuvent être consultées sur le site des éditions Luigi Castelli.
Lire les chapitres Incisive, Fracture et Prothèse dans Langage des dents, l'essentiel, désormais disponible immédiatement sous forme électronique (envoi par mail).
Ou bien commandez directement le décodage de votre cas.

 


Marie-Claude, La Tronche : agénésie de la canine en bas à droite

J'ai une agénésie de la canine du bas à droite.
Ma dentiste m'a dit récemment que cela aurait à voir avec l'estime de soi qui ne m'aurait pas été transmise par mon père. Pouvez-vous m'en dire davantage?

Réponse d'Estelle Vereeck
La canine en bas à droite est la dent des origines. L'agénésie renvoie à un problème du côté de la lignée paternelle. Cette question est traitée en détail dans l'article L'agénésie dentaire, phénomène mystérieux, publié sur le site Symbolique, langage et décodage dentaire.


Nadège, Rennes : dent n°15 cassée, pourquoi ?

Merci de m'indiquer pourquoi ma dent n°15 s'est cassée le jour où j'ai dû prendre une décision concernant une relation amoureuse: ai-je fait le bon choix?

Réponse d'Estelle Vereeck

La dent 15 est la dent du discernement. Elle représente la capacité de faire des choix, de peser le pour et le contre. Le fait qu'elle casse, précisément le jour où Nadège est confrontée à un choix amoureux, montre qu'une part d'elle-même n'est pas en accord avec ce choix. C'est peut-être le choix de la raison et le cœur n'est pas d'accord ou peut-être le choix de l'impulsion alors que la raison l'entend autrement. Il n'est pas question ici de bon ou de mauvais choix mais de reconnaître ce dilemme, ce déchirement intérieur générateur d'une tension telle qu'elle a conduit à la fracture de la dent.
En savoir plus > Le Dictionnaire du langage de vos dents

Commentaire de Nadège: merci d'avoir répondu à ma question: cette information confirme le dilemne qui m'est imposé! MERCI

Christine, Paris : pourquoi mon fils a-t-il arraché sa dent de lait ?

Mon garçon de 6 ans et demi m'annonce que sa dent (en bas à droite) est tombée parce qu'il l'a arrachée en tirant dessus avec sa trousse. Je suis étonnée de ce qu'il l'ait arrachée lui-même et aussi qu'il me dise que maintenant il est comme les autres: il a perdu une dent. Comment interpréter ce geste ?

Réponse d'Estelle Vereeck

La chute des dents de lait est pour l'enfant une étape majeure de son développement, une sorte de passage initiatique. L'enjeu est de quitter l'enfance, le monde des petits représenté par les dents de lait, pour s'inscrire dans le monde adulte, les dents permanentes. Cet enfant est manifestement impatient de franchir ce cap, quitte à forcer un peu la nature en arrachant lui-même sa dent. De cette manière, il affirme sa volonté de grandir, de ne plus appartenir au monde des petits mais à celui des grands. Ce désir de grandir n'est pas négatif et il ne faudrait pas le bloquer en surprotégeant l'enfant ou en continuant de le traiter comme un bébé. Pourquoi ne pas saluer l'événement qu'est la perte de la première dent de lait par une petite fête qui introniserait l'enfant dans le monde adulte ? Il importe cependant de vérifier la présence en bouche des premières molaires adultes (ce sera en outre l'occasion de vérifier leur bon état). Si elles sont présentes, l'enfant est réellement prêt à davantage d'autonomie. Si elles ne sont pas encore sorties, c'est que l'enfant essaie de prendre un peu d'avance mais qu'il n'est pas encore prêt à quitter vraiment l'enfance.
En savoir plus
- sur le sens des premières molaires adultes > Les dents, temple de l'âme
- sur les soins préventifs et le suivi des dents adultes > Le Pratikadent

Yveline, Cergy : décodage de la fracture d'une incisive centrale du haut

Ma fille de 11 ans, Clara, vient de se fracturer une dent définitive, l'incisive centrale supérieure gauche. Quel est pour elle le sens de cette épreuve ?
Réponse d'Estelle Vereeck
Le sens est plutôt pour le père de Clara à qui sa fille adresse un véritable appel au secours. La dent n° 21 ou dent du rayonnement est en lien avec le regard qu'un père porte sur sa fille, un regard ressenti par Clara comme excessivement sévère, réprobateur ou au contraire absent ou indifférent. La fracture est une manière d'interpeller violemment le parent qui correspond au cadran où se trouve la dent, ici le père (le haut gauche est lié au père). Attention, car il s'agit d'une souffrance ressentie par Clara avec une forte intensité, par rapport à son père ou à un homme qui joue le rôle de père symbolique (un professeur, par exemple). Il appartient à son père de changer d'attitude et d'envoyer à sa fille des signaux de reconnaissance plus explicites et bienveillants qui la rassurent sur son image d'adulte en devenir. Sinon, la dent du rayonnement risque par la suite de connaître d'autres déboires et Clara de porter ancrée en elle un profond sentiment de dévalorisation par rapport au père et, plus tard, aux hommes en général, dans sa vie sociale plus particulièrement.
En savoir plus
• Sur le sens précis de la dent du rayonnement > Le Dictionnaire du langage de vos dents
• Sur le sens de la dent du rayonnement à travers des exemples vécus > Langage des  dents, l'essentiel
• Sur les cadrans en rapport avec les rôles parentaux  > Les rôles parentaux (sur le site des éditions Luigi Castelli)
• Sur le nom symbolique des dents > Article (sur le site des éditions Luigi Castelli

Solange, Orléans : Agénésies et dents surnuméraires

On m'a retiré trois dents de lait car il n'y avait pas de germes de dents adultes dessous et les dents étaient trop abîmées pour être conservées.
Quant à ma soeur, elle a une incisive de plus sur sa mâchoire du bas.
j'aimerais savoir ce que tout cela signifie.

Réponse d'Estelle Vereeck

Note: on parle d'agénésie lorsque le germe de la dent n'est pas présent. On parle de dent surnuméraire pour désigner une dent qui a poussé en plus du nombre normal de dents.
Chacune de nos trente-deux dents représente une facette de notre personnalité, une qualité ou capacité spécifique. Une dent en moins (agénésie) correspond à un interdit, présent dans l'inconscient dès la gestation. Il est interdit d'exprimer telle ou telle facette de sa personnalité, de manifester une qualité en rapport avec la dent qui manque. La présence d'une dent surnuméraire à l'inverse, représente le besoin de surcompenser un manque présent dans l'inconscient familial. Agénésie et dent surnuméraire expriment la même problématique familiale liée à un domaine spécifique: dans le premier cas on subit l'interdit ou le manque, dans le second on tente de le compenser.
Il serait intéressant pour approfondir que Solange analyse la signification des dents qui lui manquent afin de comprendre quels interdits familiaux elle subit sans doute à son insu. Le côté (cadran) de la mâchoire où sont situées les dents qui manquent l'aidera à comprendre lequel de ses parents lui a transmis cette croyance ou interdit.


Plus d'infos
• Sur la signification des dents > Le Dictionnaire du langage de vos dents
• Sur les cadrans > Les rôles parentaux (sur le site des éditions Castelli)
• Sur la manière de traiter concrètement un problème d'agénésie ou de dent en plus > Le Pratikadent


Docteur B. dentiste : décodage d'une incisive du haut en articulé inversé

Que signifie le phenomène d'une 21 en articulé croisé chez un enfant de 14 ans ? Il n'est pas motivé pour l'appareillage. Il en a déjà perdu deux amovibles et ne veut pas entendre parler de bagues.

Réponse d'Estelle Vereeck

Note : l'articulé inversé correspond au passage d'une dent de la mâchoire du bas devant la dent antagoniste de la mâchoire du haut. On parle aussi parfois d'articulé croisé. La dent 21 est l'incisive centrale en haut à gauche.
L'incisive dont il s'agit est la dent du rayonnement. Le côté en haut à gauche correspond au père. Il s'agit d'un adolescent qui ne peut affirmer son image d'homme adulte face à son père. Peut-être parce que le père est absent, trop autoritaire ou encore lui-même trop immature pour permettre à son fils de se construire une image masculine. Outre le manque du père, l'articulé inversé montre que l'emprise maternelle est trop forte. L'articulé inversé bloque ce jeune homme dans une expression infantile de sa personnalité. Il doit rester le "bébé de maman" et il semble qu'un puissant verrou psychologique l'y maintienne puisque cet adolescent  refuse l'appareillage qui lui permettrait d'en sortir. Il est probable qu'il n'y arrive pas sans une aide psychologique ciblée. L'intervention d'un psychothérapeute homme serait très utile.

Martine, Perpignan : Douleurs dentaires inexpliquées

Je souffre depuis 8 jours de douleurs de type névralgiques qui irradient des dents du bas à droite vers celles du haut, toujours à droite (prémolaires, incisives). Elles se déclenchent en mangeant ou seulement en parlant. Ces douleurs ne font que s'accentuer jusqu'à m'obliger de m'arrêter de parler parfois. J'ai l'impression que des aiguilles me pénètrent la gencive, voire la joue au fond à droite.

Réponse d'Estelle Vereeck

Face à des douleurs en apparence inexpliquées, il convient d'abord d'éliminer toute cause physique. Pour cela, il faut consulter un dentiste qui réalisera un examen soigneux de la cavité buccale et des dents, examen complété par une radio panoramique afin de dépister une lésion éventuellement cachée dans les mâchoires (abcès latent, kyste, tumeur, dent surnuméraire) qui en faisant pression sur le nerf de la mâchoire du bas pourrait expliquer ces douleurs localisées aux dents citées. On recherchera également la présence d'une dent nécrosée, d'une dent de sagesse partiellement sortie et infectée, un problème d'infection latente lié au déchaussement ou encore un phénomène d'électrogalvanisme buccal.

Si aucune cause physique n'est trouvée, alors on peut parler de douleurs psychogènes ou psychosomatiques. Il faut dans ce cas s'abstenir de toute intervention intempestive et mutilante mais rechercher la cause psychique ou émotionnelle à l'origine de ces douleurs. Il est nécessaire de retrouver l'événement source, généralement un choc émotionnel lié à une situation de stress survenue peu avant les premières manifestations douloureuses. Le secteur (bas droit) où elles se produisent donne une information précieuse. Il s'agit du cadran lié au père nourricier ou papa. L'événement en question est donc en rapport avec le papa réel ou avec un homme qui joue ce rôle pour Martine. Il s'agit d'un conflit émotionnel lié à un homme sur plan affectif et/ou matériel. Seule la mise au jour de cette problématique et la libération des émotions associées permettront une sédation.
Si les douleurs ont une cause physique reconnue, le décodage de la dent ou du problème en cause, en complément avec les informations ci-dessus, contribuera à une cicatrisation plus rapide des lésions parallèlement au soin dentaire.

En savoir plus
• Les cadrans et les rôles parentaux (papa, maman, père, mère) > Les rôles parentaux (article publié sur le site des éditions Castelli).
• L'électrogalvanisme buccal > Le pratikadent (présentation et extraits du livre sur le site des éditions Castelli)

Dominique, Namur : sens du manque congénital de plusieurs dents

Je suis né sans les incisives latérales supérieures et je n'ai que l'incisive latérale inférieure gauche. En haut, mes deux incisive sont très écartées, j'ai porté un appareil à l'âge de 16 ans pour les resserrer, mais aujourd'hui elles sont à nouveau écartées. On m'a fabriqué une prothèse pour combler le trou du bas. Mais aujourd'hui je ne la porte plus depuis six mois car j'ai décider d'assumer ce que la nature m'a donné
Je m'inquiète pour mes dents de sagesse. Les dentistes m'ont toujours dit qu'elles allaient avoir de la place pour sortir et qu'arracher les dents de sagesse devenait une mode.Mais depuis 5 ans la dent de sagesse inférieure droite est sortie lentement créant des petits abcès et puis maintenant c'est la gauche.Je n'ai pas de dents de sagesse sur la mâchoire supérieure.
Pourquoi mes dents de sagesse sortent si tard ? Que signifie le manque de dents ? Est-ce que mes dents de sagesse vont enfin sortir ? J'ai peu de ressources à qui faire confiance ?
Réponse d'Estelle Vereeck


Toute la problématique de Dominique tourne autour du père. L'incisive latérale en bas à droite représente la relation avec le papa ou père nourricier. Son absence congénitale ou agénésie, en bas à droite (côté qui correspond au papa), montre l'impossibilité d'établir un lien affectif avec le papa. Précisons qu'il s'agit-là d'une croyance profondément enracinée dans l'inconscient en rapport avec un événement survenu durant les trois ou quatre premiers mois de grossesse puisque les germes des incisives s'ébauchent à ce moment-là. La croyance de ne pas pouvoir être aimé ni aimer son papa n'est peut-être pas consciente pour Dominique mais elle est bien présente et active au plus profond de lui. Si elle n'est pas consciente, il est probable qu'elle dirige sa vie à son insu.

L'absence congénitale des incisives latérales du haut (l'étage du père) confirme l'impossibilité de communiquer avec le père. L'écart entre les deux incisives centrales du haut montre la difficulté d'affirmer son identité masculine par manque de référence paternelle. C'est l'amour du père qui manque et empêche de se construire une identité forte. Les dents de sagesse absentes, toujours en haut à l'étage du père, confirment la problématique centrée sur la figure paternelle et attestent de la difficulté de trouver son identité profonde (les dents de sagesse sont les racines de l'individualité).
Quant aux problèmes d'éruption de celles du bas, ils montrent la difficulté à se détacher de la mère dans sa dimension affective de maman. Sans doute l'attachement pour la figure maternelle est-il d'autant plus fort et intense que le lien affectif avec le père manque.

Pour ce qui est de savoir si les dents de sagesse du bas de Dominique finiront par sortir, cela dépend de leur axe d'éruption et de la place qui leur reste. Il est impossible de le dire sans radio. Sans doute le fait de prendre conscience que l'attachement maternel est une forme de compensation inconsciente au manque paternel pourra aider. Néanmoins, ce travail risque d'être long et difficile car Dominique devra faire face au vide paternel. Ne plus porter la prothèse qui remplace la dent de la relation avec le papa (incisive latérale du bas) est-il un début d'acceptation ? Ou est-ce une tentative d'oublier le manque (la nature ayant horreur du vide, celui-ci finira par être comblé spontanément par les dents voisines qui vont se rapprocher) ?
Seul Dominique, face à lui-même, peut répondre à cette question.


Mieux comprendre les rôles parentaux (papa, père, maman, mère) et
les noms symboliques des dents >

Par Estelle Vereeck - Publié dans : VOS QUESTIONS - Communauté : Décodage dentaire
Lundi 17 septembre 2007 1 17 /09 /Sep /2007 12:09
- Voir les 0 commentaires
Les réponses données dans le cadre de la rubrique "Posez vos questions" sont nécessairement succinctes.

Pour en savoir plus et obtenir davantage de précisions sur les questions que vous vous posez, vous pouvez :

- Vous référer aux ouvrages cités en réféfence dans la réponse, ils vous apporterons de nombreux détails qui ne peuvent être mentionnés, faute de place, dans le cadre de cette rubrique.

- Rechercher sur le site les articles en rapport avec votre question. De nombreuses informations y sont données et la réponse à votre question s'y trouve certainement. Il suffit de chercher. Vous pouvez pour cela vous aider des sommaires des articles sur le thème de votre question:

Dentisterie holistique

Orthodontie
Décodage dentaire

Poser une question à Estelle Vereeck

Si vous n'avez pas de temps à consacrer à cette recherche ou si votre question demande une réponse plus personnelle, vous pouvez contacter Estelle Vereeck
(menu contact en haut à droite de la page d'accueil) en exposant le motif de votre demande.
Les modalités financières et pratiques de réponse vous seront alors indiquées.


Pour approfondir une question concernant le décodage dentaire, l'analyse psycho-dentaire établi à partir d'une radio panoramique dentaire peut se réléver une aide précieuse. Renseignez-vous (menu contact en haut à droite de la page d'accueil).

Par Estelle Vereeck - Publié dans : VOS QUESTIONS

Mentions légales

Ressources

•   Melisa - test
•   Liens
•   Thérapeutes
 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés